CINEMA

À L’EST D’EDEN de Elia Kazan : rebelle en quête

By  | 

Salinas, bled perdu de Californie, 1917. La famille Trask connaît quelques problèmes d’argent. Il y a le père (Raymond Massey), droit et vertueux jusqu’à l’excès. Et il y a les deux fils : Aron (Richard Davalos) et Cal (James Dean). Le paternel n’a jamais pu s’empêcher de marquer sa préférence pour Aron, qui comme lui a la foi et s’efforce d’évoluer en restant toujours du côté du bien. Ce qui n’est pas le cas de Cal, enfant sauvage et incompris, jamais aimé des siens.

Solitaire, légèrement rebelle, le jeune homme commence à découvrir qu’il plait aux femmes mais reste obsédé par une seule d’entre elles : sa Mère (Jo Van Fleet). Son père a toujours juré, à lui et son frère Aron, qu’elle était morte. Mais Cal a entendu dans un bar une rumeur comme quoi elle serait bien en vie.  Il est depuis obsédé par l’idée de la retrouver et de lui parler. Par ce désir, il va, sans le vouloir, provoquer un véritable cataclysme dans sa famille. A l’aube de la Première guerre mondiale, les gens angoissent, spéculent sur les marchés parallèles et les jeunes hommes se cherchent. Aron est ainsi sur le point d’épouser sa promise, la sage Abra (Julie Harris). Mais celle-ci, seule à comprendre le calvaire intérieur de Cal, pourrait bien voir son cœur prendre une direction contraire à ce qui était prévu…

a l'est d'eden film a l'est d'eden film

Marquant le premier emploi du Cinémascope par Elia KazanA l’est d’Eden est une de ses œuvres les plus autobiographiques et qui comporte de troublantes ressemblances avec la vie de James Dean (Comme Cal, Dean est né dans une ferme et a dû subir l’absence d’une mère). Adapté du roman de John Steibeck, le film n’en est le reflet que d’un quart seulement. Avant de le tourner, Kazan avait tenu à obtenir l’accord de l’auteur. Le résultat est saisissant et d’une intensité rare. Car chaque moment déborde d’énergie, d’émotion, comme si tout était constamment sur le point de s’effondrer. Pas surprenant pour un long-métrage qui suit le point de vue d’un jeune premier sur le fil. Cal est une boule de sensibilité et de nervosité. Il n’a jamais été le fils préféré, n’a jamais bénéficié d’amour, a toujours été relégué au second plan. Alors qu’il approche de l’âge d’homme, il veut changer, prouver à son père qu’il est digne de lui, qu’il peut faire des choses, être responsable, l’aider. Mais comment obtenir les grâces d’un homme bigot qui vous désigne d’office comme le « vilain petit canard » de la famille ?

Tout le long du film, Kazan revient sur l’opposition entre le Bien et le Mal. Aron serait le bien , comme son père. Car ils suivent la Bible, s’efforcent toujours de faire les « bons choix ». Et Cal serait le mal, comme sa mère. Cette dernière a abandonné sans scrupules mari et enfants pour mener une vie de femme d’affaires débauchée (elle tient une maison close). C’était plus fort qu’elle : elle ne se sentait pas de passer toute sa vie dans une ferme avec un mari parfait, elle manquait d’air. Lorsque son fils Cal viendra pour lui parler, elle préfèrera le mettre dehors, le faire chasser avec les coups de ses sbires. Car même si cette femme est fière de sa position et de son indépendance, on devine bien à quel point l’abandon de ses enfants la hante. Quand le mal est à la racine, que faire ? Cal, désireux d’aider son père endetté, essaiera de se faire de l’argent par la vente de haricots, profitant des pénuries liées à la guerre. Qu’ont donc en commun le fils et la mère ? Cette même volonté, ce désir de s’en sortir, l’instinct de survie. Ils sont malins, ils sont passionnés et agissent sans forcément penser aux conséquences. Mais Cal , jeune et frais, est encore un être très sensible et a été fortement influencé par l’éducation de son père. Il tient ainsi à mener sa vie en toute harmonie, à aimer et à être aimé, à obtenir le pardon.

a l'est d'eden film

Cette envie de rédemption est stimulée par la rencontre qui prend forme avec Abra , la petite amie promise au mariage à son frère. Mais, franchement, quelle fille ne craquerait pas devant un garçon à la fois si fort, courageux, tenace et en même temps débordant de sensibilité et d’attentions ? James Dean était fait pour interpréter Cal. De par les fêlures qu’il a en commun avec le personnage déjà. Mais aussi et surtout car lorsque l’on voit le film on se dit que le rôle a été écrit pour lui, on ne distingue plus la fiction de la réalité. Elia Kazan nous fait vibrer à chaque seconde, on se sent concerné par ces histoires familiales totalement universelles et le contexte de la Première guerre mondiale constitue un fond idéal pour dresser désillusions et douleurs intérieures, guerres et désirs de paix.

Bourré de fulgurants moments dramatiques, empreint d’une délicate poésie des plans, ponctué de petites respirations comiques, A l’est d’Eden est un chef d’œuvre du cinéma à l’état pur. Pour l’interprétation impeccable de tout son casting, pour les multiples thèmes familiaux abordés (rapport à la mère qui a abandonné et à son faux deuil annoncé ; rapport de jalousie et de concurrence entre les deux frères ; rapport inégalitaire au père..), pour cette somptueuse musique qui enveloppe les images avant de s’adjoindre à elles pour nous émerveiller, pour la naissance du mythe James Dean, acteur né, magnétique, qui à chaque apparition est un festival d’émotions. Monument.

Film sorti en 1955. Disponible en DVD et VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)