ALBUMS

Aminus, Almost and maybe : synthpop sensible

By  | 

Français exilé à Berlin, Valentin Plessy (membre de nombreuses formations underground et que les amateurs de gay themed movies ont pu voir dans The boy with the sun in his eyes) a sorti fin 2010 son premier album solo sous le pseudonyme Aminus. Une sortie très discrète et qui fait qu’on découvre seulement maintenant dans nos contrées ce disque intitulé Almost and maybe. Et quelle découverte ! Le premier morceau qui donne son titre à l’album nous emballe de suite : voix chaude et sexy, légèrement détachée, qui finit par s’envoler avec des boucles rétros et colorées : sensible et irrésistible. Mais c’est Ungrateful Child, qui lui succède, qui nous emmène vers les cieux. Beats faussement froids, assurément mélancoliques, la voix qui devient joueuse…On se laisse progressivement ensorceler, perturbé par la sensation de ne plus rien voir, agressés par les stroboscopes d’une discothèque berlinoise. Envie de danser, de tout relâcher, avec les larmes aux yeux s’il vous plait, avant de disparaître emportés par un arc en ciel. Une bombe pop comme on en croise peu et qui mérite à elle seule de se procurer l’album d’urgence.

Synthpop sensible pour garçon sensible ? S’il assume ses penchants pour les garçons, Aminus sait surtout nous amener vers des chemins non balisés. Billy dévoile ainsi un flow inattendu alors que le chanteur excité lance « I’m in love with Billy ». Minimalisme 8-bit sensuel (My mind’s away), hip hop (Hide and seek, Get Rid), entre-deux atmosphériques (I am not so brilliant, I don’t want to run, Do I lack personality), bombes pop et électriques (Army of you, Free ou le très sexy et sentimental You’re not my father) : rien n’est à jeter, on a envie de tout fredonner. Avec peu de moyens, l’artiste nous invite dans une aventure musicale tour à tour jouissive, bouleversante. Le coup de foudre est total.

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)