FICTIONS LGBT

AUGUST d’Eldar Rapaport : choix d’amour

By  | 

Los Angeles, un mois d’août en pleine canicule. Troy (Murray Bartlett), après des années en Espagne, fait son retour en ville, prêt à décrocher un nouveau job. Il recontacte son ex, Jonathan (Daniel Dugan), qu’il avait abandonné il y a quelques années pour poursuivre ses objectifs professionnels. Depuis, Jonathan a retrouvé l’amour auprès de Raul (Adrian Gonzalez), un beau latino qui est parvenu à rester sur le sol américain grâce à un mariage avec l’une des amies et collègues de son compagnon. Si Jonathan est épris de Raul et sur le point d’emménager avec lui, Troy n’en reste pas moins son premier amour. Quand ils se revoient, malgré la gêne, l’étincelle est toujours là. Alors que Troy se fait de plus en plus offensif, plein de promesses de lendemains qui chantent, Jonathan succombe à l’adultère tandis que le pauvre Raul observe les choses de loin, impassible, presque fataliste, persuadé que l’homme de sa vie va lui échapper. Perdu entre le cœur et la raison, Jonathan doute et les goûtes de sueur sur son front sont autant liées à la chaleur qu’à l’angoisse de prendre une mauvaise décision…

august film gay

Film indépendant gay, tourné à L.A., avec des acteurs alors peu connus (Murray Bartlett s’est depuis fait remarquer dans les séries « Looking » et « Chroniques de San Francisco »), August capte tout d’abord l’attention grâce au jeu habité et sensible de ses interprètes et une réalisation élégante, montrant les personnages dans leur intimité , sondant leurs doutes et leurs paradoxes. Il est ici question du caractère impitoyable de l’amour : quand les sentiments naissent ou s’évaporent, personne ne peut rien y faire… ou presque. Le film pose des questions qui, si elles ne sont pas nouvelles, restent universelles et passionnantes : Jusqu’où faut-il suivre son cœur ? Peut-on vraiment échapper à son premier amour ? Peut-on rivaliser avec ? Comment distinguer les sentiments purs des pulsions destructrices ?

Il est évident que Troy et Jonathan ont un lien unique. On devine que dans le passé, leur relation fut passionnelle. Quand ils se remettent à coucher ensemble , l’alchimie de leurs corps s’impose. Ils sont fusionnels, se plaisent à adopter la même coupe de cheveux…C’est un peu tout l’opposé que représente le couple que forme Jonathan avec Raul. Une relation tendre, stable, équilibrée, qui ne tient pas sur un rapport de dépendance, qui marche à la complicité, s’inscrivant parfaitement dans le quotidien, même si la routine s’est imposée et que les rapports intimes sont devenus rares.

august film gay

Le réalisateur Eldar Rapaport ne se contente pas d’une banale opposition Passion / Raison. Jonathan aime Troy et Raul, ce sont simplement deux amours différents. Celui qu’il a pour Troy est en apparence plus intense, dévorant, car il a le goût de l’interdit, car la parenthèse du présent, du bonheur, rappelle des douleurs passées. Si Jonathan est perdu, dupant Raul pour éviter de le blesser, sincère avec Troy, ce dernier, attachant au départ, se révèle de plus en plus vénéneux. Troy est un homme immature, instable et égoïste. Même s’il clame être apte à prendre ses responsabilités, il ne se révèlera être qu’un lâche fuyant à la première occasion. Est-ce vraiment de sa faute ? N’est-ce pas sa propre nature, qu’il cherche à combattre sans y parvenir ?

Finalement Jonathan et Troy luttent tous les deux contre leurs sentiments et leurs démons. Et si on pouvait aimer quelqu’un sans qu’il soit possible d’être vraiment avec lui ? Et si être adulte, c’était accepter cela, laisser derrière soi les fantômes du passé, arriver à la conclusion que les pulsions dévorantes ne valent pas nécessairement les sentiments apaisés d’une relation fluide, basée sur la complémentarité et un réel fonctionnement de couple ? Au centre des dilemmes qui habitent Jonathan et Troy, Raul attend que l’homme de sa vie prenne sa décision, sans le brusquer. Vrai héros romantique du film, le plus passionné au bout du compte même s’il intériorise tout, le personnage bouleverse.

August, avec beaucoup de subtilité, de respirations, d’intelligence, nous amène à la terrible conclusion que personne ne sortira indemne de ce triangle sentimental. Jonathan pourra-t-il vraiment enterrer ses émotions adolescentes et profiter de ce que lui offre le présent ? Troy pourra-t-il grandir et se poser ? Raul arrivera-t-il à tout pardonner ? Tout reste ouvert, l’amour n’est pas un des plus grands mystères pour rien…

Film produit en 2011 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)