CINEMA

BANG GANG de Eva Husson : excès de jeunesse

By  | 

Une petite ville, sur la côte atlantique. Alex (Finnegan Oldfield) vit seul dans une grande maison familiale désertée. Ses parents sont séparés, il n’a plus trop de contact avec son père, sa mère est en voyage pour 9 mois.

Avec son petit côté rebelle et ses facilités avec les filles, il devient rapidement le centre d’attention. Et sa maison de devenir le squat officiel des jeunes en vue du lycée. Un après-midi, alors qu’il traîne au bord de la piscine avec son ami Nikita (Fred Hotier), la belle George (Marilyn Lima) et sa copine Laetitia (Daisy Broom), la température monte doucement. George rentre à l’intérieur, Alex la suit et l’aguiche. Ils couchent ensemble. Charmée, George espère que cette relation sexuelle donnera lieu à une suite. Mais Alex se met à l’éviter.

Lors d’une des fêtes de ce dernier, alors qu’il couche avec Laetitia qu’il avait désignée comme « moche » auparavant, déprimée, George prend de la drogue et entraîne l’assemblée dans un jeu qu’elle décide d’appeler « Bang Gang ». L’idée est toute simple : un action ou vérité où il n’y a que de l’action et où celle-ci est essentiellement sexuelle. Les ados font ainsi leurs premières expériences, en goûtant à la sexualité en groupe, à la désinhibition, en photographiant et filmant leurs ébats qu’ils partagent ensuite sur un site à l’accès verrouillé.

Rapidement, le Bang Gang devient un rituel : les corps se mélangent lors de soirées où la drogue circule en libre service. Perdue au milieu de cette orgie permanente, George s’intéresse petit à petit à Gabriel (Lorenzo Lefebvre), garçon taciturne, qui évolue loin de la bande délurée, restant chez lui à composer de la musique électronique et à s’occuper de son père paralysé suite à un accident… 

Premier long-métrage d’Eva Husson, Bang Gang est inspiré d’un fait divers survenu dans une petite banlieue pavillonnaire américaine. Si les jeunes acteurs ne parlaient pas français, on pourrait d’ailleurs penser que le film n’est pas de chez nous. Bien que le cinéma français se penche régulièrement sur l’adolescence, il est rarissime de voir un regard porté sur la jeunesse comme celui qui émane de ce film. On peut penser par moments au cinéma de Larry Clark ou à la série anglaise Skins. C’est assez brut de décoffrage, ça ne tourne pas autour du pot, les jeunes prennent de la coke et partouzent à 16 ans. Choquant ? Un peu mais Eva Husson évite toute provoc et oppose au trash de certaines situations une vraie délicatesse et sensibilité.

On peut logiquement se demander à quoi ressemble les ados d’aujourd’hui, eux qui grandissent avec un portable dans la main et un accès ultra facilité à la pornographie. Quand on n’a pas grandi avec Youporn, on se dit qu’on ne peut pas vraiment comprendre. Que les parents ne s’évanouissent pas : tous les teenagers d’aujourd’hui ne se livrent sans doute pas à des gang bang. Mais sans doute ont-ils un rapport à la sexualité différent, probablement plus explicite, direct.

Composé d’un casting de jeunes comédiens qui ont tous un vrai charisme, une forme de langage, un corps, une attitude, une grâce, le long-métrage connait peu de temps mort et suit entre réalisme et envolées électro-pop les quêtes identitaires de garçons et de filles qui se découvrent en cédant à l’excès. A 16 ans, tout est possible, même le pire. Pour être cool, on suit le groupe, et si celui-ci partouze, on partouze ! La drogue et l’alcool sont omniprésents, le sexe est souvent non protégé, sans s’en rendre compte, sous l’impulsion du moment, une jeune fille peut inviter ses camarades à venir la prendre à tour de rôle, à la chaine.

Ce qui aurait pu paraitre trop cru ou malsain est ici montré certes sans fard mais avec une vraie justesse et une certaine humanité. La caméra est toujours à hauteur de ses personnages, Eva Husson prend la distance nécessaire, ne condamne personne et dévoile en filigrane ce qui amène un tel ou un tel à agir tel qu’il le fait. Ni psychologisant ni moralisateur, le film montre une période clé dans l’existence de jeunes personnes qui vont se perdre, « abuser », pour  à terme évoluer et grandir. On apprécie de voir enfin dans un film français que ,oui, une fille peut s’adonner à un excès de légèreté mais aussi trouver à terme l’amour et apprendre de ses expériences.

Au coeur de la déchéance, chacun cherche quelque part une porte de sortie, à se réinventer, se compléter. En dépit de quelques petites maladresses, Bang Gang est une belle promesse de cinéma, doté d’une rigueur formelle, d’une écriture intelligente et d’une liberté de ton des plus rafraîchissantes. Belle surprise.

Film sorti en 2015 et disponible en VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)