CHEESE !

Colby Keller et Laurent Champoussin : sur les traces de Rodin

By  | 

Colby Keller et Laurent Champoussin expriment leur amour à Rodin

C’est un projet artistique qui ne pouvait que piquer notre curiosité : le vidéaste / réalisateur et photographe français Laurent Champoussin s’est associé à Colby Keller pour une série de photographies autour de Rodin intitulée « RODIN – Etude de poses avec Colby Keller ». On le sait, Colby Keller, l’un des modèles de porno gay les plus populaires au monde, est loin de se contenter de faire le job sur les plateaux de tournage. Il est ni plus ni moins celui qui a repositionnné l’image de l’acteur porno dans les années 2010 en rappelant ,si besoin était, qu’on peut faire du x et être intelligent, que tourner dans des films adultes n’empêche pas l’expression artistique. Associé régulièrement à des productions de qualité (comme les films et vidéos Cockyboys),

Colby Keller aime expérimenter (preuve en est son excellent projet porn arty qui flirte volontiers avec l’expérimental : Colby does America), passer d’un univers à l’autre (performances, courts-métrages, mode… il se fond aisément dans de multiples environnements).

Laurent Champoussin serait entré en contact avec lui après avoir vu sur le célèbre blog de la star qu’il avait apprécié l’un de ses clichés. A suivi une collaboration qui s’est entamée maintenant depuis plusieurs années, d’abord documentaire (photographier Colby à Paris, se laisser happer par le charme et le mystère de ce grand garçon très sexuel à l’écran et délicieusement réservé dans la vie de tous les jours) puis ce projet autour de sculptures de Rodin comme Adam, Bourgeois de Calais, Jean d’Aire nu ou L’homme qui marche.

colby_keller_rodin_champoussin_08

colby_keller_rodin_champoussin_07

Lors d’une déambulation parisienne, face à des oeuvres de Rodin, l’idée d’une expérience autour des sculptures est survenue. Dans un atelier, devant une toile vierge, Colby Keller, nu, tente de prendre les poses des célèbres oeuvres d’art mais lui et Laurent Champoussin réalisent que cela est impossible car Rodin avait enrichi les corps, grossi le trait. Possible libération : le champ est davantage libre pour expérimenter. Colby Keller tente de retranscrire, propose, se met à l’épreuve.

Les photographies (issues d’une sélection), présentées lors d’une exposition au Studio des 3 bornes à Paris témoignent de cette quête physique du modèle pour retranscrire le matériau initial de Rodin. Parfois proches des sculptures originelles, parfois distancées, les photographies sont autant un hommage qu’une nouvelle façon de scruter l’icône Colby Keller en plein effort. Son corps se tord, son dos se courbe, ses veines sont apparentes, son visage rougit. Il se donne sans ménagement pour ce projet, à travers une nudité brute, sans chercher à verser plus que de raison dans l’esthétisme (le photographe laisse une prise dans le cadre, on remarque une petite écorchure au pied de « la muse »).

colby_keller_rodin_champoussin_06

Pour tout fan de Colby Keller qui se respecte, ces clichés sont fascinants : il est à la fois reconnaissable et en même temps différent. Laurent Champoussin capte sa beauté sans jamais mettre l’accent sur le désir. Ce n’est pas érotique, c’est du nu qui ne cherche pas à être charnel. Colby Keller devient un matériau d’art.

colby_keller_rodin_champoussin

colby_keller_rodin_champoussin_01

A l’occasion de l’exposition parisienne, une conversation était organisée avec Laurent Champoussin,Colby Keller mais aussi un professeur des Beaux-Arts de Paris, la responsable des collections de photographies du musée Rodin et l’excellente Judith Benhamou-Huet (journaliste et commissaire d’expositions). L’occasion de revenir sur la fascination de Laurent Champoussin pour Rodin, sur le travail de ce dernier qui concevait ses sculptures sans vouloir opter pour la pose, piquant ça et là des idées, des images de « bouts de corps » pour former un tout. Ce morcellement, ce côté fragmenté, se retrouve sur les photographies qui suit une démarche artistique, un processus, avec la grâce qui frappe, le travail, les pauses plutôt que la pose.

colby_keller_rodin_champoussin_04

colby_keller_rodin_champoussin_02

Ce fut l’occasion pour Colby Keller, qui pour une fois n’a pas été amené une seule fois à parler de pornographie, d’évoquer sa passion pour l’Histoire de l’Art, son envie de créer. Ancien étudiant en école de l’Art, il avait, avant de devenir un modèle culte, songé à devenir peintre ou de s’adonner à la sculpture. Si ses tentatives se sont révélées infructueuses, il est définitivement parvenu, à sa manière toute personnelle et hybride, de faire de l’art à sa façon, bousculant les stéréotypes, amenant par son personnage caméléon des domaines à priori incompatibles ou radicalement différents à se rencontrer et fusionner. Laurent Champoussin aimerait poursuivre sa collaboration avec lui en l’associant à des projets photographiques tous les deux ans. On ne peut qu’approuver et attendre la suite…

En bonus une vidéo qui montre en partie les coulisses de l’expérience « Rodin – Etude de poses avec Colby Keller » : 

RODIN – Etude de poses avec Colby Keller : exposition au Studio des 3 bornes (37 rue des Trois Bornes, 75011 Paris) du 24 au 29 juin 2016 (14h à 19h) // Site du projet

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)