FICTIONS LGBT

CONSÉQUENCES de Darko Stante : bad boy et gay

By  | 

Premier long-métrage du réalisateur Darko Stante, Conséquences nous plonge dans le quotidien très dur d’un jeune délinquant en Slovaquie. Si au départ l’intrigue semble sur des rails, l’oeuvre finit par emprunter des chemins inattendus et étonne en abordant la question de l’homosexualité dans l’univers très codé des bad boys.

Andrej (Matej Zemljic) est un ado à problèmes. Sa mère n’en peut plus de le voir traîner dehors avec de mauvaises fréquentations. Le garçon accumule les dérapages et délits et finit par être envoyé dans un centre de correction. Sur place, très vite il comprend que règne la loi du plus fort. Zeljko (Timon Sturbej), un mec de son âge, terrorise tous les autres pensionnaires entre violence, humiliations et menaces. Andrej n’y échappe pas et à peine arrivé il devient son souffre douleur. Mais au fil des jours les garçons vont finir par s’entendre et développer une certaine amitié.

Andrej accepte la domination qu’exerce sur lui Zeljko, joue le jeu et lui rend des services parfois dangereux. Il fait le sale boulot à sa place, va menacer et tabasser des gens qui lui doivent de l’argent ou auxquels il faut tenter d’en extirper. Par cette alliance, Andrej s’achète la paix. Mais il y a plus que ça : un après-midi, dans un hôtel, Andrej est invité à retrouver Zelkjo. Ce dernier a loué une chambre avec sa copine et un autre ami. Les choses deviennent floues, les bad boys couchent ensemble.

Les jours qui vont suivre, Andrej va se retrouver perdu face à son désir, incapable de déceler s’il peut vraiment faire confiance à son nouvel ami devenu amant. C’est comme si à chaque instant tout pouvait basculer…

conséquences darko stante

Il y a dans ce film un petit air de « Scum » d’Alan Clarke. On retrouve la dureté des jeunes délinquants entre eux, un filmage brut et réaliste, une certaine mélancolie aussi. Si Andrej peut être mauvais et faire des choses graves, il y a aussi du bon en lui. Il apparait comme un garçon perdu, en quête de repères, qui voit absolument tout aller en permanence dans le sens inverse de ce dont il a envie. Sa mère ne cherche plus à le comprendre et le condamne plutôt que de le pousser vers une rédemption encore possible. Le centre de correction ne sert pas à grand chose, laissant ses pensionnaires se dévorer comme des chiens enragés et fermant les yeux sur un régime de la terreur pourtant très visible. C’est comme si on partait du principe que ces délinquants sont des mauvaises graines et qu’il n’y a plus d’espoir pour eux.

Personne n’a confiance en Andrej et certainement pas lui-même. Il ne sait pas où est sa place et le manque d’amour dont il souffre finit par donner lieu à la violence. Il intériorise et refoule son homosexualité. Quand Zelkjo le considère, en fait son ami puis semble l’amener à dédramatiser le fait qu’il soit attiré par les mecs, Andrej trouve enfin ce qu’il espère être de l’affection. Et jusqu’alors il n’y avait que son rat pour lui en donner ! Mais, on le sent, Zelkjo n’est pas vraiment un mec stable ou recommandable. Il peut devenir monstrueux d’une seconde à l’autre et se plait à collectionner des « dossiers » pour toutes ses connaissances.

conséquences darko stante

Conséquences est une oeuvre à la fois triste, sensible et violente. Elle met en lumière un système tristement universel qui laisse peu de chance à la rédemption. Et surtout elle constitue une belle curiosité de cinéma en réinventant l’air de rien la figure du bad boy / délinquant / voyou. Un bad boy au cinéma, c’est quasi toujours un mec violent et hétéro. Ce genre cinématographique se distingue régulièrement par une mise en images fascinée par l’hyper virilité qui est paradoxalement souvent homoérotique. Ce film-ci va un cran plus loin et montre les désirs sous les camaraderies de façades. C’est visuellement intéressant et très troublant et c’est l’occasion de dresser un constat sans pitié d’une homophobie qui peut encore faire des ravages en Slovénie. L’effet d’un uppercut.

Sortie en salles le 26 juin 2019

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)