FICTIONS LGBT

DES SECRETS DANS LE PLACARD de Nicolás Teté : un gay argentin face à sa famille

By  | 

Des secrets dans le placard (Todos tenemos un muerto en el placard o un hijo en el clóset en VO) de Nicolás Teté raconte la difficulté d’affirmer encore aujourd’hui son homosexualité en Argentine en mêlant comédie, film de coming ou et drame familial. Avec le très craquant Facundo Gambandé. 

Manuel (Facundo Gambandé) vit à Buenos Aires avec son petit copain dont il est très amoureux et poursuit des études en architecture qu’il réussit plutôt bien. Alors que son compagnon décide de repartir vivre en Europe, Manuel est bien décidé à le rejoindre. Il lui manque un peu d’argent pour réaliser son projet et il se résoud à rentrer chez ses parents pour tenter de leur demander de l’aide. 

Les parents de Manuel fêtent justement leurs 25 ans de mariage et une grande fête se prépare où seront conviés amis et famille. Arrivant en avance, Manuel est à priori accueilli à bras ouverts par les siens. Mais on sent une gêne un peu étrange qui plane. On apprend que le jeune homme n’était pas retourné depuis un moment dans la maison familiale. La dernière fois, c’était lors d’un réveillon de Noël où il avait fait son coming out… et à l’évidence cela ne s’était pas passé de la meilleure des façons. 

Ayant grandi dans une famille de 4 enfants, Manuel est l’ainé mais a l’impression d’être « le vilain petit canard ». Son père n’en a que pour son jeune frère, Luis (Diego De Paula), qui fait sa fierté en étant un champion de tennis en devenir, et évidemment hétérosexuel. Sensible et attaché à sa famille, Manuel n’aime pas laisser en suspens des non-dits et tente de se confronter à ses proches qui ont bien du mal à communiquer avec lui. Sa mère dit l’accepter tel qu’il est mais ne veut rien savoir de « ce qui se passe dans son lit ». Son père essaie tout simplement d’éviter le sujet et de faire comme si l’orientation sexuelle de son fils était une donnée qui n’existait pas. La grand-mère, lors d’un diner, partage sa vision de l’homosexualité (sans savoir que son petit fils est gay) : les homosexuels seraient des désaxés ayant choisi d’être ce qu’ils sont… 

Alors que les confrontations familiales s’avèrent délicates dans une famille aisée où l’on a le goût du secret pour sauver les apparences, Manuel essaie de rester fidèle à lui-même et de suivre son coeur. Il va découvrir que plusieurs autres « secrets » existent et qu’ils concernent notamment sa petite soeur et son frère Luis. Il va aussi, lors de ce retour au bercail perturbant mais décisif, faire le point sur ce qu’il recherche vraiment pour lui, son futur et comprendre que l’amour est loin d’être une chose acquise… 

des secrets dans le placard film nicolas tete
des secrets dans le placard film nicolas tete

Ce long-métrage sensible repose avant tout sur son écriture (qui développe plutôt bien ses personnages) et sur le charme de son comédien principal. Des secrets dans le placard est un petit film indépendant fragile, à l’évidence réalisé avec peu de moyens. La mise en scène est assez classique et on est typiquement sur un « film de plateforme / téléfilm » plus que sur une audacieuse proposition de cinéma. Au rayon des points faibles, on note une bande-originale un peu cheap et un final étonnamment larmoyant et appuyé là où le film avait plutôt séduit auparavant par sa subtilité. 

Malgré ces défauts bien réels, cette production se révèle attachante et elle le doit beaucoup à l’interprétation de Facundo Gambandé qui rend le personnage principal de Manuel totalement adorable. On l’aime tout de suite, aussi bien pour son joli petit minois que pour sa douceur et sa gentillesse. C’est un bon gars, un coeur pur, qui essaie d’avancer comme il peut alors que la vie et ceux qu’il aime ne lui font vraiment pas de cadeaux. 

Le réalisateur Nicolás Teté nous montre à travers une famille aisée comment le poids des traditions pèse encore sur les familles en Argentine, en particulier dans les petites villes. On redoute les commérages, on étouffe ce qui fait tâche pour la réputation, on essaie gentiment de forcer (plus ou moins discrètement) ses enfants à se fondre dans le moule. On espère que les garçons seront hétéros, virils, sportifs et travailleurs et que les filles ne feront pas de vague. 

Dans ce contexte clairement conservateur, la différence, la quête d’émancipation ou les erreurs de jeunesse ont vite fait de constituer des drames. 

Au delà de la présence magnétique et solaire de Facundo Gambandé, ce qui est plaisant ici c’est cette façon de jouer avec les différents genres (comédie, drame familial, coming out movie), de passer de l’un à l’autre ou de les mélanger avec une relative aisance. Même si certains passages sont douloureux pour les protagonistes, il subsiste toujours des parenthèses douces, des échappatoires, des petits rayons de soleil. Par une soeur qui nous comprend, par le plaisir tout simple de danser dans sa chambre d’ado en mode nostalgique ou de faire des petits plats, par l’espoir d’une tendre rencontre de hasard. 

S’il montre à quel point il y a encore du boulot pour faire évoluer les mentalités, le film opte pour les nuances, croit au dialogue et entend s’achever sur une note d’espoir. Peu importe tous les maux qui peuvent nous submerger, il ne semble jamais être trop tard pour recommencer aussi bien dans sa vie familiale, affective ou professionnelle. L’essentiel étant de vouloir regarder vers l’ avant plutôt que de se nourrir de rancoeurs. Une petite leçon de vie (dont on ne sait pas toujours comment la prendre car mine de rien la famille finit par l’emporter sur tout le reste au final) transcendée par un portrait de jeune gay complètement craquant. 

Film produit en 2020 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)