FICTIONS LGBT

EDGE OF SEVENTEEN de David Moreton : s’affirmer au début des années 1980

By  | 

Etats-Unis, Ohio, début des années 1980. Eric (Chris Stafford) a 17 ans et rêve de vivre de sa passion : la musique. C’est l’été et avec sa meilleure amie Maggie (Tina Holmes) ils vont travailler dans une chaîne de restaurants pour mettre un peu d’argent de côté avant la rentrée scolaire. Sous la direction de la charismatique Angie (Lea DeLaria), une équipe de jeunes serveurs, cuisiniers et plongeurs est formée. Parmi ses collègues, Eric remarque rapidement Rod (Andersen Gabrych), beau blond séduisant qui assume ouvertement son homosexualité. C’est un détail mais cela suffit à chambouler le petit monde d’Eric, de plus en plus conscient qu’il est gay mais peinant à faire son coming out (il cultive ainsi une relation ambiguë avec sa copine Maggie).

Alors que le dernier jour de ce job saisonnier se profile, Rod invite Eric à sortir. Ils s’embrassent et Rod l’initie aux préliminaires entre garçons. Hélas, le blond coquin ne vit pas en Ohio et repart dans sa propre ville le lendemain. Amoureux, Eric a du mal à supporter la distance et ne comprend pas pourquoi son partenaire d’une nuit ne répond pas à ses nombreux appels. Entre deux changements de coiffure, il essaie petit à petit de s’affirmer, de préparer son coming out, va pour la première fois dans un club gay…

edge of seventeen film

Les années 1990 ont été l’occasion de voir débarquer une flopée de films de coming out adolescents. Edge of seventeen en est indéniablement l’un des meilleurs et a acquis au fil du temps une petite réputation de film culte. Le réalisateur David Moreton et son scénariste Todd Stephens parviennent ici à capter avec justesse et sensibilité ce qui passe dans la tête d’un ado qui se découvre gay. Si le personnage d’Eric apparaît comme un doux naïf, le long-métrage évite toute mièvrerie et joue justement de la candeur de son protagoniste principal pour le confronter parfois à la dure réalité. Si l’on n’échappe pas aux traditionnelles scènes de coming out avec la meilleure amie (forcément troublée car un peu amoureuse) et avec la maman (qui a du mal au début, mais finit par accepter son enfant tel qu’il est), l’intérêt du film est à chercher ailleurs.

Edge of seventeen nous replonge avec délice au début des années 1980 où l’on écoute Boy George et Annie Lennox, où le look androgyne est pour certains gays une façon de s’affirmer. Au fil du métrage, Eric change plusieurs fois de coupe de cheveux. Au départ on le voit avec un style traduisant sa timidité, son désir de passer inaperçu. Puis il s’essaie à une coupe plus courte, lui permettant pour la première fois de ne plus se cacher derrière une mèche, de s’adonner à la séduction. Plus tard, il osera la décoloration et un peu de maquillage, s’essaiera à un look plus queer, plus extravagant. Le poids du regard des autres est subtilement abordé lors d’une scène de fête où sans s’en rendre compte Eric attire tous les regards sur lui car il ne danse pas comme les autres garçons du lycée…

edge of seventeen film

Entre euphorie, excitation et peur qui noue l’estomac, nous suivons le cheminement de ce jeune ado qui va peu à peu s’assumer et perdre ses illusions pour grandir. Le flirt romantique d’été se révèle être une cruelle déception, les garçons des bars peuvent coucher très rapidement mais n’attendent pas forcément plus. Découvrant le milieu gay, ses lumières, sa musique, sa liberté mais aussi ses personnes pas toujours bien attentionnées, Eric trébuche, apprend et devient un jeune homme qui compose avec sa différence, qui comprend qu’elle est peut-être plus un cadeau, une ouverture, qu’une tare. Il pourra dans sa quête d’émancipation compter sur son ancienne patronne, Angie, se révélant être une figure de la nuit aussi haute en couleurs qu’attentionnée.

edge of seventeen film

Ce teen movie indépendant nous ramène avec douceur à nos premiers émois, porté par une mise en scène pop, sensuelle et soignée ainsi qu’une écriture solide. Très attachant.

Film sorti en 1998 et disponible en DVD

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)