FICTIONS LGBT

Élite : une saison 4 toujours aussi jouissive et réjouissante

By  | 

Depuis sa première saison Élite est le plaisir coupable préféré de popandfilms. Plaisir pas si coupable d’ailleurs car quoi qu’on en dise cette fiction, sorte de croisement habile et moderne de Sexe Intentions et de Melrose Place avec une petite touche thriller en plus, ne manque pas de qualités. 

La critique n’a pas forcément été très tendre avec ce quatrième chapitre. On a notamment pu lire que la série accumulait les scènes torrides à défaut d’avoir réellement quelque chose à raconter. Alors là je ne suis vraiment pas d’accord ! Avec ces nouveaux épisodes, Élite est une fois de plus une série foisonnante et généreuse qui multiplie les intrigues à toute vitesse sans pour autant être superficielle dans son traitement. 

Premier bon point de cette saison 4 : de nouveaux personnages qui sont tous intéressants à leur façon. Ça a toujours été le point fort de la série : elle sait très bien construire et poser ses personnages et les rendre attachants et/ ou intéressants en très peu de temps. Cette année, un nouveau directeur d’école fait son incursion et fait entrer au lycée ses trois enfants : l’ambivalente Ari (une sorte de mélange entre Carla et Lucrecia), la borderline Mencìa (dont la trame va hautement s’inspirer de la série italienne Baby) et le jeune gay allumeur et manipulateur Patrick. Leur incursion permet d’amener une bonne dose de drama : Ari va être au centre d’un triangle sentimental avec Samuel et Guzmàn, Mencìa va faire chavirer le coeur de la fausse rebelle et réellement sensible Rebeka (peut-être le plus beau personnage de cette saison), Patrick va amener du piquant dans le couple d’Omar et Ander avant de semer le trouble… S’ajoute aussi en cours de route l’arrivée d’un jeune prince, Philippe, qui va faire rêver la mythomane repentie Cayetana devenue femme de ménage… avant de l’entraîner vers un rapport très ambigu au potentiel très toxique. 

élite saison 4 critique

Comme dans tout bon soap opera et série adolescente qui se respecte, les intrigues d’Élite tournent avant tout autour d’histoires d’amour. Mais fidèle au ton qui fait sa singularité depuis ses débuts, le show apporte une vision moderne (elle s’autorise le romantisme mais est étonnamment lucide et précoce sur la thématique du couple), délurée voire excessive. Volontairement déconnectée du réel (le casting est ultra sexy, habillé à la dernière mode Instagram, évolue dans des endroits luxueux), Élite reste une rêverie pop nimbée de thriller, portée par une folle énergie, une débauche de couleurs et de corps. Cette saison 4 n’hésite pas à mettre le paquet sur les scènes d’intimité avec une liberté qui fait plaisir à voir : que les couples soient hétéros, lesbiens ou gays, le plaisir déborde de partout, sans fausse pudeur, sans culpabilité.

Derrière son côté fofolle, son apparence clipesque parfois presque criarde et vulgaire, la série aborde de façon plus subtile et intelligente qu’elle n’en a l’air les relations sentimentales d’aujourd’hui. L’amour au-delà des étiquettes (on apprécie par exemple que Rebeka et Mencìa s’aiment sans s’identifier comme lesbiennes – elles ont un coup de coeur l’une pour l’autre et puis c’est tout et leur romance est très belle, forte, bien développée). Les questionnements sur le couple dans sa longévité (Omar et Ander qui se heurtent à la question du temps qui passe, du couple ouvert – là encore le traitement est sensible et va en profondeur… et quel beau couple gay, pour le coup très réaliste et positif !). 

élite saison 4 critique
élite saison 4 critique

Comme son titre l’indique, Élite continue également de parler d’une jeunesse privilégiée et des différences de classes. C’est un peu moins poussé de ce côté que lors des premières saisons mais la série continue d’exposer des dilemmes moraux intéressants, riches en nuances. La saison 4 propose notamment un arc narratif très intéressant autour du consentement avec la relation très ambigüe entre Philippe et Cayetana. Là encore, le traitement est riche en nuances, plus fin que ce à quoi on aurait pu s’attendre. 

élite saison 4 critique

Ce qui plait ici, c’est la faculté à être à la fois complètement par moments dans quelque chose d’irréel et d’extravagant, de « too much », tout en proposant une intrigue qui se tient, crédible, bien ficelée, avec beaucoup de sensibilité. Alors oui, il y a des défauts, des choses parfois improbables (les mineurs qui bossent dans des boites de nuit ou qui ont déjà testé toutes les drogues du monde / la femme de ménage qui s’habille en haute couture en soirée…) mais Élite a un souffle, une énergie, un charisme, qui font qu’elle entête et divertit quoi qu’il arrive. 

C’est un soap opéra qui s’assume, qui embrasse ses excès et dont la liberté de ton fait plaisir à voir. À la fois redoutablement fun, divertissant mais aussi très attachant et loin d’être bête. Un must du genre. 

Saison sortie en 2021 sur Netflix 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)