CINEMA

FRANKIE d’Ira Sachs : clap de fin

By  | 

Après les magnifiques Keep the lights on et Love is strange ainsi que l’abouti Brooklyn Village, Ira Sachs s’offre un tournage franco-anglais au Portugal avec Frankie. Isabelle Huppert est au coeur du film.

Frankie (Isabelle Huppert), actrice française de prestige, réunit sa famille à Sintra au Portugal. Pas forcément pour passer du bon temps, simplement pour être tous ensemble. Et c’est d’autant plus important pour Frankie car elle sait qu’elle est gravement malade et va bientôt mourir. Elle a réussi à réunir autour d’elle Jimmy (Brendan Gleeson), son compagnon d’aujourd’hui auquel elle porte un amour sincère, ses enfants Sylvia (Vinette Robinson) et Paul (Jérémie Rénier), son ex mari devenu gay dont elle est restée proche (Pascal Greggory). Les rejoignent Irene (Marisa Tomei), amie de Frankie qu’elle espère caser avec son fils.

Entre ballades dans un cadre somptueux et discussions qui tournent parfois à la confrontation, chacun va faire le point sur sa vie alors qu’une nouvelle page va se tourner, qu’ils le veuillent ou non.

frankie film isabelle huppert

frankie film isabelle huppert

Ce que l’on retient de ce long-métrage élégant (certains plans ressemblent à des tableaux) c’est avant tout sa sublime photographie et la ville de Sintra, le plus beau des personnages au final qui offre à l’ensemble des moments suspendus de calme inespéré. Il y a plein de beauté à l’image mais ce qui se raconte n’est pas très joli. Vieilles rancoeurs familiales, secrets, frustrations : petit à petit, chaque protagoniste témoigne d’un certain mal de vivre et d’une impuissance face au mystère que persiste à être l’existence. Les vivants s’énervent et se déchirent tandis que l’actrice mourante orchestre son véritable clap de fin. 

Les dialogues sont soignés, c’est vivant et joli à regarder mais hélas on a parfois du mal à savoir où tout cela va. Tous ces bavardages peuvent donner l’impression de chercher à planquer un projet de film assez brouillon. Individuellement, chaque personnage est intéressant mais tous regroupés dans le même film ils ont du mal à former un ensemble harmonieux. Mais c’est peut-être ce qu’Isa Sachs souhaitait, cette cacophonie un peu bizarre. La dernière scène, très belle et se passant de mots, nous donne envie d’aimer ce film, définitivement mineur dans la filmographie de ce réalisateur mais non dénué d’intelligence et de charme. On a surtout envie de partir en vacances au Portugal en sortant de la salle 🙂

Date de sortie au cinéma : 28 août 2019

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)