CINEMA

GRÂCE À DIEU de François Ozon : la parole libérée

By  | 

François Ozon, toujours aussi éclectique, revient avec un long-métrage qui s’attaque à la scandaleuse affaire du Père Preynat, prêtre mis en examen après que de nombreux hommes aient porté plainte en l’accusant de les avoir abusés alors qu’ils n’étaient que des enfants. Grâce à Dieu est un « film à sujet » fort et révoltant.

Le film s’ouvre sur le personnage d’Alexandre (Melvil Poupaud), homme marié et père d’une famille nombreuse. En conversant avec un autre père de famille qui a ses enfants à la même école que les siens, il découvre que comme lui cette personne a été abusée par le Père Preynat. Réalisant que ce prêtre officie toujours auprès d’enfants, il décide d’alarmer l’Église. Toujours catholique et très pratiquant, il ne veut pas trop ébruiter l’affaire et résoudre cela sans avoir recours à la justice. Mais après des mois d’échanges, bien qu’on lui fasse croire que le Père Preynat sera sanctionné, rien ne se passe. Et ce malgré tous les beaux discours faits en public ou dans les médias par les Églises ou par le Pape prétendant lutter sérieusement contre les crimes de pédophilie.

Dépité, Alexandre décide de s’en remettre entre les mains de la Justice. Mais les faits étant arrivés il y a fort longtemps, il est « proscrit ». Heureusement, son action va permettre d’ouvrir une enquête et de libérer la parole de nombreuses autres victimes dont François (Denis Ménochet). Cet homme bourru qui ne veut dans un premier temps pas parler va finalement se saisir de ce combat et le médiatiser. Et sa lutte ne s’arrêtera pas à la tentative de condamnation du Père Preynat mais à forcer l’Église à se confronter à ses crimes, ses mensonges, ses silences.

grace a dieu film

Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est un film choc. Les témoignages des victimes font froid dans le dos et le manque de réaction de l’Église révolte. Comment peut-on encore aujourd’hui laisser un Prêtre pédophile exercer en ayant connaissance de sa maladie ? C’est impensable et pourtant bien réel. François Ozon trouve la bonne distance face à son sujet et témoigne d’un regard concerné mais tranché. Si certains sont logiquement écoeurés par l’Église et son hypocrisie, au point de lui tourner le dos à jamais et de ne plus croire en Dieu, d’autres restent convaincus (comme le personnage d’Alexandre) qu’il ne faut pas faire de généralités et ne pas perdre sa foi, qu’il reste des gens bons et non corrompus qui respectent la parole de leur Dieu.

Comme c’est souvent le cas pour ce type de « film à sujet », la réalisation n’est pas vraiment le point fort. On ne reconnait pas beaucoup le cinéma (qu’on aime ici) de François Ozon, qui passe en mode téléfilm dans la forme et qui s’efface face au propos et au jeu des acteurs. Mais qu’importe : les histoires exposées sont tellement fortes qu’on se laisse complètement emporter même si tout de même l’ensemble est un poil trop long.

grace a dieu film

Ce que l’on retiendra aussi et surtout de ce film porté par un groupe de comédiens épatants, c’est la dureté pour les victimes de parler de ce qui leur est arrivé. Enfants, ils ne réalisent pas la gravité de ce qui se passe. Quand ils en parlent à leur entourage, personne ne sait comment réagir face à quelque chose de si abject. Et en faire un non dit est tentant : c’est plus facile que d’accepter une vérité qui dérange, contre laquelle il n’y a pas d’arme, de façon de panser les plaies. On minimise, on refoule… Mais quand la vérité s’impose, tout explose. Et libérer la parole, même si cela fait mal au début, qu’on a peur de s’afficher comme une victime, ça enlève un sacré poids. Et ça permet aux autres de sortir du silence, ça leur donne de la force.

Subtilement, Ozon sonde aussi les drôles de liens qui se tissent entre les victimes malgré parfois des barrières de classe.

Si cinématographiquement ça n’est clairement pas l’un des meilleurs longs-métrages de son réalisateur, ce sujet grave et très bien traité mérite que l’on s’y attarde.

Film sorti le 20 février 2019

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)