FICTIONS LGBT

JUSTE UN PEU DE RÉCONFORT de Armand Lameloise : désirs d’ado

By  | 

Dans une petite ville de Province, Arnaud (Arthur Moncla) et son meilleur ami Guillaume (Rémi Bresson) vivent leur dernière année au collège. Il fait beau, les garçons ne pensent qu’à s’amuser avec les filles, du moins en apparence… S’il ne s’épanche pas sur le sujet, Guillaume est un ado troublé : son père est mort, sa mère vient de faire une tentative de suicide, il a été placé chez un tuteur (Manuel Blanc). Le seul domaine où il semble avoir le pouvoir est celui de la séduction. Alors, il ne se gêne pas pour plaire, abuser de son charme, quitte à faire souffrir celles qui s’approchent de lui d’un peu trop près. Arnaud, jeune homme un brin taciturne, passe son temps à suivre ce doux rebelle. Il l’aime en secret et en fait l’objet de tous les fantasmes qui le submergent. Jaloux des copines de son meilleur ami, il espère secrètement avoir un jour la chance de se retrouver dans ses bras…

juste un peu de réconfort film armand lameloise

Juste un peu de réconfort de Armand Lameloise est au fil du temps devenu un film gay culte. Si ce moyen-métrage a marqué beaucoup de garçons, c’est sans doute parce qu’il décrit avec beaucoup de simplicité, de tendresse et de sensibilité, les premiers désirs d’un ado homo. Un sujet maintes fois traité mais qui ici dispose d’une petite touche auteuriste à la française des plus appréciables. On joue sur les silences, sur une tension latente, on s’exprime en se passant des chansons de rock indépendant à fleur de peau, on souffre et bouillonne de l’intérieur mais on le garde pour soi… Le métrage s’ouvre sur une note érotique : on découvre Guillaume avec sa petite amie du moment. Ils sont au lit, elle lui lèche les pieds et remonte doucement. Une façon de poser d’emblée ce personnage de petit allumeur comme un garçon très sexuel, qui domine le désir des autres, à la fois fiévreux et doucement indifférent, inaccessible.

En opposition à la beauté froide et teintée d’insolence de Guillaume il y a celle d’Arnaud, petite bouille adorable, garçon timide et doux. Il brûle de désir pour son meilleur ami et compose avec sa frustration. Passionné, un brin obsessionnel, il s’abandonne à des pulsions fétichistes : renifler les affaires de sport de son ami ou se toucher en portant le slip que ce dernier a porté (une scène d’un érotisme foudroyant qui a marqué les esprits). L’espace de quelques jours, le jeune Arnaud va passer de la gêne au rêve éveillé, du bonheur à la désillusion pour finalement, petit à petit, grandir, apprivoiser ses désirs, les assumer et entreprendre de les vivre. Si le sujet ne paraît pas très original aujourd’hui, il dispose d’un regard assez personnel pour toucher. Ceux qui vivent ou se plaisent à revivre leurs premiers émois ne manqueront pas d’y être sensible.

Film disponible en DVD aux éditions Outplay

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)