FICTIONS LGBT

LA CONTRÉE DES ORAGES (Viharsarok) d’Adam Csaszi : le risque d’être soi-même

By  | 

Szabolcs (Andras Sütö), charmant hongrois d’une vingtaine d’années, joue au foot de façon professionnelle dans un petit club allemand. Son quotidien est rythmé par les entraînements, la passion du ballon rond et ses moments de camaraderie avec les autres joueurs. Au cœur de ce quotidien teinté d’homoérotisme, Szabolcs partage une amitié un poil ambiguë avec son ami Bernard (Sebastian Urzendowsky).

Suite à un match décisif qui tourne mal, le jeune homme se brouille avec l’entraîneur et ressent le besoin d’aller prendre l’air. Il retourne alors en Hongrie, dans un petit village isolé, et se met en tête de retaper une vieille maison dont il a hérité. Un soir, un garçon essaie de voler sa moto. Szabolcs parvient à l’arrêter mais le blesse au passage. Le lendemain, les garçons sympathisent et font connaissance : le petit voyou s’appelle Aron (Adam Varga), sort avec une fille des environs, accompagne sa mère malade dont il s’occupe à la paroisse locale… Quand commence une liaison charnelle et sensible entre les deux garçons, c’est un petit séisme qui se déploie. Szabolcs ose enfin assumer son homosexualité jusqu’alors très rentrée, Aron peine à trouver les mots mais vit aussi enfin ses propres désirs.

Hélas, la communauté est loin d’apprécier cette romance naissante, notamment les proches d’Aron. Et les choses se compliquent encore un peu plus quand débarque dans le village Bernard, qui en a clairement toujours après Szabolcs…

la contrée des orages viharsarok adam csaszi

Jolie petite surprise que ce film d’auteur hongrois qui a fait une carrière assez discrète en festivals (dont la Berlinale) en 2014. Premier long-métrage de Adam Csaszi, La contrée des orages (Land of StormsViharsarok en VO) nous entraîne dans un premier temps dans l’univers du football. Entraînement rude, machisme et relations homoérotiques plus ou moins conscientes : le réalisateur se plaît à filmer de façon troublante les scènes de douche, les étreintes viriles et autres séances de plaisir collectif solos « entre gars ». Le personnage principal, Szabolcs, n’est clairement pas à sa place ici et bouillonne de l’intérieur. Il joue au foot pour faire plaisir à son père qui a des rêves de carrière pour lui depuis le plus jeune âge, il n’assume pas son homosexualité. Alors que les choses dégénèrent sur le terrain, le garçon trouve l’occasion de se vider la tête. Le film change alors totalement de cadre et de ton : on se retrouve au milieu de la campagne hongroise.

Ce qui commençait comme une plongée dans le milieu du foot sur fond d’homosexualité se change en une sorte de quête identitaire. Seul au cœur de la nature, Szabolcs se sent revivre. Et son amitié puis liaison avec le beau et faussement hétéro Aron l’amène à se sentir plus vivant et comblé que jamais. Mais on se doute bien que dans ce bled paumé, il n’est pas aisé pour deux jeunes hommes de s’aimer librement. Aron culpabilise de céder à ses désirs enfouis, ses amis se mettent à devenir une menace, sa pauvre mère malade ne peut accepter qu’il n’aille pas dans le sens de la tradition. Alors qu’on s’installe dans une love story possiblement maudite, le scénario crée encore une fois la surprise avec un nouveau bouleversement : Bernard, l’ami footeux et épris de Szabolcs, débarque dans les environs. Choix obligatoire, éventualité d’un ménage à trois…

la contrée des orages viharsarok adam csaszi

Le grand atout de ce film troublant est définitivement sa liberté de ton, son scénario aventureux et imprévisible, comme la vie. Malgré plusieurs revirements, tout est crédible, les acteurs sont naturels et solides. La mise en scène est affirmée, poétique, et Adam Csaszi dispose d’un regard assez personnel pour se différencier des nombreuses histoires de coming out dans la douleur déjà existantes. Seul bémol : un final peut-être trop dramatique (appuyé sur un fait divers). Mise à part cette sortie de route, La contrée des orages est une aventure intime troublante et pleine de sensualité qui mérite le détour.

Film produit en 2014 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)