CINEMA

LA MOUCHE de David Cronenberg : transformés

By  | 

Lors d’une soirée, le physicien Seth Brundle (Jeff Goldblum) fait la rencontre de Veronica (Geena Davis), journaliste à la revue de sciences Particule. L’homme, visiblement sous le charme, ne résiste pas à la tentation de lui parler de son invention qui pourrait changer le monde : malade en voiture, Seth est en train d’élaborer un téléporteur. Quand il montre à Veronica sa machine et qu’il la teste avec un de ses collants, la belle est impressionnée et élabore déjà dans sa tête un article. Le physicien lui demande de ne rien publier, le téléporteur n’étant pas encore fini, incapable de téléporter des êtres humains. Veronica ne peut pourtant pas s’empêcher de proposer le lendemain un sujet à son rédacteur en chef et ancien amant, Statis Borans (John Getz). Mais ce dernier prend son scoop pour une blague.

Seth revient à la charge et fait à Veronica une proposition qu’elle ne peut refuser : si elle ne publie pas d’article, il la laisse le suivre au quotidien dans son processus d’élaboration du téléporteur et elle aura l’exclusivité pour en faire un livre. Et voilà que Veronica emménage chez le physicien pour le suivre au plus près de ses expériences, assistant à ses ratages (un malheureux babouin se retrouve carbonisé) ou à l’avancée de ses tests. D’observatrice, Veronica passe au stade de partenaire sexuelle puis d’amoureuse du créateur à l’avenir assurément brillant. Et quand il réussit finalement à faire se téléporter un nouveau babouin, la consécration semble enfin arrivée.

Alors qu’ils s’apprêtent à célébrer cette victoire, Victoria voit que Statis lui a envoyé un courrier, la menaçant de publier un article sur le travail de Seth. Elle s’absente brutalement pour régler ses comptes une bonne fois pour toute avec son ex et éviter la fuite précoce dans la presse. Si elle cherche avant tout à protéger Seth, ce dernier prend son absence en ce soir de célébration comme une trahison, un abandon. Triste, il se met à boire et tente de se téléporter lui-même.

L’opération est un nouveau succès mais ce que Seth n’a pas vu c’est que dans sa cabine s’était incrustée une mouche. La machine qui n’était pas configurée pour téléporter deux corps différents en même temps va les fusionner. Quand il ressort du téléporteur, Seth est d’abord euphorique. Mais progressivement il va se transformer en un insecte géant, perdant petit à petit la raison et excluant malgré lui de sa vie la femme qu’il aime…

la mouche film david cronenberg

Nouvelle version , très personnelle, du film La mouche noire de Kurt Neumann (film lui-même adapté d’une nouvelle de George Langelaan), La mouche est devenu un film culte et l’un des plus connus et aimés du réalisateur David Cronenberg. Il s’agit tout d’abord d’un film sur la Science. Plus que celle d’un malheureux babouin, c’est sa propre vie que Seth Brundle va remettre entre les mains d’une machine. Mais comme il le dit lui-même, l’ordinateur ne pense pas comme l’homme, interprète différemment et forcément cela comporte des risques. Raisonnable, patient, le physicien va être de plus en plus pressé d’avancer, peut-être plus excité par la présence dans les parages de Veronica. Le désir d’accomplir quelque chose d’exceptionnel, d’unique, de changer le monde tel qu’il existe pousse souvent les hommes les plus brillants vers la folie, l’irréparable. Seth Brundle va causer sa propre perte, devenant petit à petit une mouche géante, abandonnant son humanité. Découvrant sa mutation, il sera d’abord apeuré puis étonnamment enthousiaste à l’idée de devenir une créature inédite. Puis enfin le poids de la solitude et une mort annoncée l’amèneront à perdre définitivement la raison, à devenir un monstre, tentant d’ôter la vie d’autres êtres humains en espérant fusionner avec leurs corps pour retrouver un semblant de normalité. La vision du film relance dans les esprits les questionnements sur, par exemple, le clonage.

Insectes, chair, transformation, perte de la raison : des éléments qui jalonnent la filmographie du cinéaste et qui se retrouvent tous ici. Le spectateur est captivé entre excitation, fascination malsaine et dégoût. Cronenberg n’hésite pas à tester nos limites, à nous faire sursauter avec des effets particulièrement crades (un bras de fer qui se termine mal, Seth devenant une créature immonde se gavant de sucre puis adoptant une manière de s’alimenter pour le moins répugnante). Des années plus tard, les effets de maquillage nous laissent toujours sans voix, font froid dans le dos, contribuent à rendre crédible cette histoire fantastique. On pense à une sorte de film de super héros qui aurait très mal tourné…A noter que les critiques, lors de la sortie du film en salles, avaient fait un parallèle entre la transformation de Seth et la maladie, en particulier le Sida.

Bien plus qu’une réflexion sur la Science, La mouche est avant tout le récit d’une folle histoire d’amour. Si au départ on pourrait penser que Veronica se met avec Seth car elle est excitée par son énorme potentiel, elle s’avèrera réellement attachée à cet homme pas comme les autres et lui ayant permis de tirer un trait sur son ex un brin crapuleux. Quand elle retrouve son compagnon à moitié transformé en insecte, perdant une de ses oreilles, Veronica est à l’évidence dégoûtée, assommée, mais elle ne pourra s’empêcher de prendre Seth dans ses bras. Elle ne parviendra pas à le laisser seul, à prendre ses distances. Son amour, son attachement, perdureront malgré la mutation, la dégradation, jusqu’au point de non retour. Et quand elle se révèlera être enceinte de la « bête », la belle mettra du temps avant d’envisager un avortement.

Film puissant et barré, La mouche instaure une énorme tension et se révèle être un grand film avec relativement peu de personnages et de décors (on reste en grande partie dans l’appartement / laboratoire de Seth). Des images et des scènes fortes, à la fois belles et terribles (quand Seth revient chercher Veronica sur le point d’avorter) pour un film qui marque pendant longtemps et traverse le temps…

Film sorti en 1987 et disponible en VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)