FICTIONS LGBT

LA PEAU DURE de Patrick McGuinn : hommes des bois

By  | 

Apprenant la mort de son père quelques semaines après ses funérailles, Andrew (Andrew Glaszek) décide de se rendre dans la maison du défunt afin de la nettoyer et de la vendre. Il délaisse ainsi pour quelques jours la ville et prend la route direction la nature et ses montagnes, accompagné de son petit ami Kyle (Jeremy Neal). En arrivant sur place, il découvre que vit dans la maison Birch (Chris Graham), celui avec qui il jouait quand il était un petit garçon.

Rejeté par son père après avoir fait son coming out, Andrew entretenait avec ce dernier des relations orageuses et avait fini par perdre le contact. Pendant toutes ces années où il a mis son père à distance, celui-ci a opéré de profondes transformations dans sa vie. Avant de s’éteindre, il était devenu un homme bon, joyeux, plus ouvert, et avait recueilli chez lui Birch, en faisant son assistant et son seul ami. Andrew a bien du mal à se faire à l’idée que celui qu’il a si longtemps détesté ait pu changer et jalouse la relation de filiation qu’il entretenait avec Birch. Dans un premier temps en colère, il songe à mettre son ancien ami dehors. Mais au fil des jours, le trentenaire citadin commence à se reconnecter à la nature, ses charmes, son calme. Et s’éveille en lui un désir grandissant pour Birch, cet « homme de la forêt », si tendre et si viril…

La peau dure (Leather en VO) aborde des thèmes bien connus comme la confrontation entre le mode de vie citadin et rural, le retour aux sources, le fantôme d’un père peu aimant… Réalisé avec peu de moyens, ce long-métrage lo-fi de Patrick McGuinn ne cherche pas à révolutionner quoi que ce soit mais impose un regard singulier, doux comme une ballade folk. La caméra s’attarde beaucoup sur la nature, montrée comme une sorte de paradis, plein de beauté et de mystères. Le rythme est plutôt lent, invitant le spectateur à s’abandonner à une œuvre plutôt contemplative. Pour le personnage d’Andrew, c’est en premier lieu un retour douloureux au bercail. Blessé par l’absence de son père, plein de colère et de tristesse, il ne se sent pas à l’aise dans cette maison où s’est à ses yeux incrusté Birch, son ami d’enfance. Il lui faudra passer par l’étape d’une certaine explosion pour accepter de poser un regard frais sur tout ce qui l’entoure.

la peau dure patrick mcguinn

Il émane de l’ensemble une étrangeté certaine. La mise en scène et le récit semblent parfois se chercher mais cela apporte un drôle de charme, un côté un peu imprévisible. Et si certaines scènes peuvent paraître trop appuyées, maladroites (comme le rapprochement surligné par une grosse musique entre Birch et Andrew), jaillissent souvent des moments de poésie d’une simplicité désarmante. Tandis que l’insupportable personnage du petit ami fashionista et ultra connecté, Kyle, n’arrête pas d’enchaîner les gaffes et de pleurnicher, Andrew et Birch refont connaissance. Loin de New York, Andrew réapprend à vivre sans artifice. Plus d’Internet ni de réseau pour le téléphone. A la place : des dîners avec des produits issus de la chasse, la pêche ou la récolte, des barbecues avec des voisins qui ne se soucient guère de leur paraître, les joies des journées au grand air, entre baignade, camping et bronzette dans le moindre appareil. En se reconstruisant en ville, Andrew pensait être heureux, tout avoir compris. Au contact de Birch, menant une vie à l’opposé de la sienne, refusant de se conformer, n’acceptant aucune étiquette, il est amené à se remettre en question, à retrouver celui qu’il était autrefois.

la peau dure patrick mcguinn

Si le fil rouge du scénario ne surprend pas particulièrement, les personnages sont bien posés, sensibles, et l’atmosphère toute particulière, hors du temps, fait l’effet d’un grand bol d’air frais. Du drame subtil à la romance, ce film indé légèrement midinette sur les bords raconte avec beaucoup de sincérité la rencontre de deux hommes contraires qui finissent par trouver chaussure à leur pied.

Film produit en 2014 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)