CINEMA

LE FACTEUR SONNE TOUJOURS DEUX FOIS de Tay Garnett : rêve de fuite

By  | 

Une petite ville, le long de la côte en Californie. Frank Chambers (John Garfield), vagabond, cherche du travail et en trouve sur un coup de chance grâce à Nick (Cecil Kellaway), bonhomme aimable, la cinquantaine, propriétaire d’une petite station essence et d’un bar-restaurant. Dès son arrivée, Frank est profondément troublé et attiré par Cora (Lana Turner), épouse de Nick, blonde incendiaire qui ne se réjouit pour sa part pas du tout de l’intrusion de ce nouveau venu dans son quotidien. Les jours passent et Frank s’obsède de plus en plus pour cette jeune femme sublime à laquelle il n’hésite pas à faire de multiples avances. Cora finit par confesser qu’elle s’est mariée à Nick, homme plus âgé, par dépit, pour avancer à sa manière. Elle se laisse séduire et finit par entamer une liaison avec Frank. Ils songent à fuir mais les éléments semblent être contre eux. Un jour, ils décident de mettre en place un plan machiavélique pour supprimer Nick. Le début d’une lente mais certaine descente aux enfers…

le facteur sonne toujours deux fois

Adaptation du roman éponyme de James M. Cain, Le facteur sonne toujours deux fois a été porté plusieurs fois à l’écran. Mais c’est cette version de Tay Garnett, portée par les interprétations inoubliables de John Garfield et Lana Turner qui fait office de référence. Dès sa première apparition, toute habillée de blanc, coquette, à la fois brûlante et inaccessible, Lana Turner irradie l’écran dans le rôle de la fatale malgré elle Cora.

L’intrigue est assez barrée et fait la part belle à de nombreux rebondissements. L’ensemble est hybride et jouissif, oscillant entre film noir, drame intime, thriller et soap opera (les choses se précipitent sérieusement dans la deuxième partie avec de nombreuses manipulations et morts). Outre le parfum de scandale et de passion interdite, le long-métrage dresse le portrait de personnages obsédés par le rêve de s’en sortir et d’avoir une bonne situation.

Malgré l’argent qu’il gagne, Nick apparait comme un radin de première catégorie, faisant attention à chaque dépense, ne voyant pas que son épouse s’ennuie terriblement et ne songeant qu’à faire toujours plus de profit. Paradoxalement, alors qu’il décidera de lever le pied, satisfait d’avoir « réussi sa vie », il sera victime de la foudre des amants. Cora, légèrement oisive mais ambitieuse, aspire à une vie faste et si possible à l’indépendance. Mais si son apparence de femme fatale peut la faire passer pour une belle dangereuse, c’est bien elle qui sera la perdante, victime d’hommes qui irrémédiablement se révèlent lâches ou jamais à la hauteur de ses espérances.

le facteur sonne toujours deux fois

Avec en prime une satire sur la justice américaine, Le facteur sonne toujours deux fois n’a rien perdu de son étrangeté, de sa folie et de sa mélancolie des décennies après. Lana Turner forever.

Film sorti en 1946 et disponible en DVD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)