CINEMA

LE MESSAGER de Joseph Losey : amour naïf et abusé

By  | 

Léo (Michael Redgrave) est envoyé par sa mère pour passer l’été dans une famille bourgeoise. S’il n’est pas forcément évident pour lui de s’adapter à un milieu dont il peine à saisir les codes, il se lie très vite à Marian (Julie Christie), la fille de Madame Maudley à qui appartient la maison.

Naïf (mais aussi amoureux), Léo devient le Messager de Marian. Il porte pour elle des lettres à un homme d’un milieu modeste. Progressivement, il va comprendre que ce dernier n’est autre que l’amant caché de Marian. Une situation difficile puisque Marian est plus ou moins promise à un garçon de bonne famille.

La position de Léo comme messager le place dans des situations trop complexes pour son jeune âge. Alors qu’il se demande encore ce qu’est le sexe, il va être utilisé, manipulé, par des adultes qui manquent cruellement de tact. Personne ne sortira indemne de cet été où les sentiments s’avèreront être terriblement destructeurs…

le messager film joseph losey le messager film joseph losey

Le Messager marque une nouvelle collaboration entre Joseph Losey et Harold Pinter. Ce long-métrage est l’occasion de se pencher sur le premier amour d’un petit garçon. Un amour naïf et mis à mal par des adultes peu scrupuleux. Un premier amour qui le traumatisera jusqu’à la fin de sa vie.

Si l’ensemble s’avère touchant, prenant et bien construit, Le Messager est aussi moins intense, troublant, et plus académique dans la forme comme dans le fond par rapport aux autres chefs d’œuvres de Losey (AccidentThe Servant).

On en retiendra surtout les belles couleurs, la jolie musique (signée Michel Legrand) et un portrait très mélancolique de l’enfance, de la perte des illusions. Enfin, Le Messager est aussi un beau portrait de femme blessée. Julie Christie est parfaite dans la peau de Marian, amoureuse condamnée à un destin sentimental qui ne lui convient guère. A l’époque, le film a eu la Palme d’or à Cannes. Nul doute que le jury s’était laissé emporté par la mélancolie des paysages anglais et la tristesse sourde de l’ensemble.

Film sorti en 1971 et disponible en VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)