FICTIONS LGBT

LES CREVETTES PAILLETÉES de Cédric Le Gallo : Gay Games et émotions

By  | 

On était curieux de découvrir Les crevettes pailletées, film co-réalisé par Cédric Le Gallo (qui s’est inspiré de sa propre histoire et de son groupe de potes de water-polo) et Maxime Govare. Et pour cause : après le succès du Grand Bain, ce long-métrage qui est mine de rien la première comédie gay grand public depuis des lustres a rencontré un très beau succès lors de ses nombreuses présentations en festival générant un bouche à oreille très enthousiaste. On avait aussi un peu peur des clichés. Si le résultat ne plaira sans doute pas à tout le monde, ici on aime bien !

Le film s’ouvre sur le personnage de Matthias (Nicolas Gob), un champion de natation sur le déclin qui se retrouve dans la tourmente après avoir tenu des insultes homophobes vis à vis d’un journaliste qui s’en prenait à lui à la télé. Sa carrière est en danger et le voilà contraint de devoir entraîner le groupe de water-polo gay des « Crevettes Pailletées ». Une équipe connue pour réaliser des performances assez désastreuses mais qui entend concourir aux Gay Games en Croatie.

Dès le premier jour d’entraînement, c’est le choc entre le coach assez fermé d’esprit et son équipe qui en fait des caisses dans l’outrance et l’exubérance. A deux doigts de claquer la porte, Matthias décide de rester, touché par la motivation de Jean (Alban Lenoir) qui dans le secret vit peut-être là sa dernière tournée avec ses potes alors qu’il sait qu’il est condamné par un cancer. Au fil des semaines, Matthias va se prendre d’affection pour ce groupe attachant et les amener à se dépasser.

les crevettes pailletées

Le film s’appuie sur beaucoup de clichés avec un second degré assumé. C’est parfois un peu lourd mais ça fonctionne (le personnage de Xavier interprété par un Geoffrey Couët survolté en est l’exemple parfait). On est ici face une comédie qui vise le grand public et qui ne fait pas forcément dans la dentelle mais qui respire en même temps la bienveillance et une tendresse infinie pour ses personnages. La réalisation est un peu classique mais colorée, c’est une comédie qui fait rire et voyager (avec un petit clin d’oeil sympa à Priscilla folle du désert notamment à travers le personnage du dément Romain Brau) et qui déborde de fantaisie.

Ce qui était primordial avec un projet comme celui-là, c’était que le spectateur ait bien l’impression de « rire avec » et non pas de « rire aux dépens de ». On est complètement en immersion dans cette bande de potes qu’on a envie de suivre et qui a le mérite d’être assez éclectique (éclectisme des corps, des âges, des couleurs de peau et de tempérament aussi – le personnage de Jean ne vit l’homosexualité que comme une donnée / celui de Xavier est le cliché même du mec qui ne pense qu’à draguer, faire la fête ou faire des blagues en-dessous de la ceinture / celui de Cédric est dans un sens « hétéro-normé » comme on le lui fait remarquer, lui qui est marié avec un homme et papa).

les crevettes pailletées les crevettes pailletées

Les crevettes pailletées s’appuie sur des caricatures pour les rendre attachantes et les déjouer et se révèle être une oeuvre divertissante qui rassemble, qui donne envie de se libérer des étiquettes et de s’affirmer. Qu’importe, pour reprendre le générique de fin avec la musique bien connue d’Eddy de Pretto, que l’on soit viril ou non. Ce que montre le film c’est qu’être gay n’est bien qu’un aspect de la personnalité et que l’on peut faire « mec mec » ou « folle » et que c’est super et que tout le monde peut cohabiter ensemble, échanger, se confronter, s’aimer.

Alternant avec un certain brio les passages humoristiques avec ce qu’il faut de facétie camp et les beaux moments d’émotion (le final est réussi et mettra la larme à l’oeil à pas mal de monde), Les crevettes pailletées est la comédie gay taillée pour le grand public, bienveillante et fun qu’on pouvait espérer. On a envie de rester avec ces gars, de faire partie de l’équipe, ça défile à toute allure, on ne voit pas le temps passer. Et, en bonus, Alban Lenoir est vraiment une BOMBE :p  Une bonne surprise en somme.

Film sorti le 8 mai 2019

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)