FICTIONS LGBT

LETTRES D’AMOUR D’UN INCONNU de Yariv Mozer : désir caché

By  | 

Tel Aviv, été 1989. Boaz (Yoav Reuveni), jeune étudiant en langues, en couple avec une adorable jeune femme, attend la lettre qui lui annoncera s’il bénéficiera ou non d’une bourse sur laquelle il compte beaucoup. Chaque jour, il se rend à sa boîte aux lettres et espère y trouver une réponse. Mais ce sont d’autres courriers qui l’attendent. Un mystérieux inconnu lui envoie en effet des lettres pour lui témoigner son attirance. Une correspondance à sens unique qui va de plus en plus troubler le jeune homme, peut-être pas aussi hétéro qu’il ne veut le faire croire… 

Adaptation libre d’une nouvelle de Yossi Avni, Lettres d’amour d’un inconnu a circulé sous plusieurs titres à travers la quarantaine de festivals internationaux dans lesquels il a été présenté. Le titre original, Snails in the rain, fait référence à une métaphore exploitée dans le métrage tandis que le premier titre francophone (qui a depuis été délaissé), Le jardin des arbres morts, renvoyait au titre original de la nouvelle. Réalisé par Yariv Mozer (auteur du beau documentaire The Invisible Men), ce projet nous plonge dans le quotidien de Boaz, jeune homme à la beauté ensorcelante. Visage superbe, corps sensuel apte à donner le vertige : ses allures de playboy ne passent pas inaperçues  ! Dans la rue, les filles sont nombreuses à se retourner sur son passage.

lettres d'amour d'un inconnu film

Conscient de l’excitation qu’il génère autour de lui, le bel étudiant finit presque par en souffrir. Car quand il commence à recevoir des lettres anonymes d’un garçon qui le désire et l’observe en secret, la parano le guette. Qui peut bien être derrières ces déclarations enflammées ? Dans la rue, dans le bus ou sur le campus, Boaz cherche les regards, les indices. Et paradoxalement il se met lui-même à envoyer des signaux ambigus à tout un tas de garçons. Cette première partie du film, nimbée de mystère, flirtant avec le thriller, se révèle aussi prenante qu’amusante.

Au fil des jours, Boaz se laisse obséder par les lettres qui s’accumulent. On comprend assez vite que ces dernières réveillent en lui des pulsions enfouies, une attirance pour les garçons qu’il n’a jamais osé aborder. Peinant de plus en plus à cacher son malaise et son excitation, il commence à éveiller les soupçons de sa petite amie. Tension sexuelle et douleur du refoulement : le beau garçon perd pied et en finirait presque par oublier ses objectifs professionnels.

lettres d'amour d'un inconnu film

Incarné par le magnétique Yoav Reuveni, Lettes d’amour d’un inconnu joue de la sensualité débordante de ce dernier pour livrer le portrait d’un garçon noyé sous ses contradictions. La mise en scène est élégante bien que parfois explicative, l’atmosphère particulière distille un spleen dont on peine à se détacher. Plus qu’une simple histoire d’homosexualité refoulée, ce long-métrage parle avant tout de solitude. Celle de l’auteur des lettres qui fantasme et rêve dans l’obscurité, osant à peine espérer un jour un retour. Et celle de Boaz qui derrière ses airs pleins d’assurance est nettement plus borderline et indécis qu’il ne le laisse paraître.

La façon qu’a Yariv Mozer de filmer une homosexualité qui ne peut s’afficher clairement, condamnée à être vécue au milieu « des arbres morts » d’une aire de drague, a quelque chose de profondément mélancolique. Le parfum entêtant des ballades tristes tout en ménageant le suspense. Une curiosité.

Film sorti en 2015 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen 

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)