EP

Louve « Ultra Chaos » : une obsession pop

By  | 

Les 365 derniers jours étaient pauvres en concerts mais la production musicale a explosé, les artistes restant très créatifs même enfermés chez eux. On a eu droit à une véritable tornade de sorties, de chansons, d’EPs et d’albums. 

Face à un rythme décuplé, à mon échelle toute personnelle j’ai pu observer qu’autant j’avais de nombreux coups de coeur sur des chansons / clips, autant les coups de coeur sur des EPs ou albums étaient devenus plus rares. Car mine de rien notre rapport à la musique a aussi un peu changé : on est tellement submergé de contenu, qu’on va à l’essentiel et pour qu’un disque nous accroche il faut qu’il ait désormais la force de frappe d’un sans-faute. Et ça c’est très rare, tout aimer d’un artiste. 

C’est ce qui se produit sur cet EP de Louve, Ultra Chaos, qui rejoint donc d’emblée la liste des jeunes artistes français(es) préféré(e)s de popandfilms. Après tout, en ces temps troubles cela fait sens qu’un des rares disques à faire battre notre coeur porte un titre en référence au chaos. 

Plus sérieusement : Ultra Chaos est une claque, un EP superbement produit, cinématographique en diable, puissant et très vivant. Il matérialise quelque chose de l’ordre de la passion, génère une forme d’obsession, comme un doux poison. 

Louve c’est l’alias de la comédienne Maud Ferron et dès son inaugural single Idylles Nocturnes elle nous avait complètement ensorcelés. Elle apparaissait telle une figure féminine d’un film de genre ou de Bertrand Mandico pour nous entraîner dans un univers faisant sauter les barrières du temps et de l’imaginaire avec une chorégraphie super cool en prime. Une chanson qui détonnait instantanément avec tout ce qu’on avait pu entendre ces derniers mois et imposant une forte personnalité. 

Heureux seront les curieux qui iront tendre l’oreille pour plonger dans l’Ultra Chaos. Dès la piste d’intro, Delirium, chanté en anglais, Louve nous envoûte avec sa belle voix et une mélodie entre pop et trip-hop. Les 5 autres pistes qui se succèdent mélangent avec brio un charme vintage, une sorte de brume étourdissante qui attise l’envie de céder aux passions peu importent les conséquences. Ce qui émerge de ce premier EP super abouti, c’est une forme de dualité, de double face de l’artiste qui d’une part s’impose avec des ballades hybrides super classes (Sanguine, Chaos) et surtout se pose en nouvelle chanteuse hautement iconique avec des pépites pop abrasives (les complètement démentes Ultra Louve, Idylles Nocturnes et Melodrama – cette dernière chanson emportant la timbale du coup de coeur ultime de l’EP ici). 

Tellement cool et sophistiquée, se présentant à nous comme une fascinante créature de cinéma pleine de mystères, Louve entête complètement et a assurément tout le potentiel pour devenir, en plus du reste, une de ces icônes gays indie pop chères à notre coeur. Du chaos surgit la lumière et la beauté d’une fracassante révélation pop. 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)