CINEMA

MARGUERITE & JULIEN de Valérie Donzelli : souffle de l’interdit

By  | 

Marguerite et Julien sont les enfants du seigneur de Tourlaville. Le caractère exclusif et très fusionnel de leur relation, dès le plus jeune âge, finit par inquiéter leur entourage. Un jour, Julien doit partir très loin pour ses études. Le petit garçon ne reviendra que de nombreuses années plus tard. Le temps n’a pas altéré les sentiments surpuissants que Marguerite éprouve à son égard. Au contraire : quand sonne l’heure des retrouvailles, celle qui est devenue une ravissante jeune femme commence à mêler l’affection sans limite qu’elle éprouve pour son frère à un désir qu’elle peine à masquer. Alors que Julien semble se refuser de succomber à ce que son coeur et son corps lui dictent, Marguerite entend bien le récupérer et ne lésine pas sur les ruses. Finissant par céder à la tentation, le couple hors norme et dérangeant fait scandale, cause le désespoir de leurs parents impuissants. La fin de cette passion dévorante et taboue arrangerait tout le monde mais personne ne sait comment l’arrêter. Alors que leur propre existence est menacée, les amoureux vont tenter de fuir…

Après avoir été révélée par l’euphorisant La reine des pommes et avoir accédé à un succès critique et populaire avec La guerre est déclarée, Valérie Donzelli avait davantage divisé avec son (pourtant très beau) troisième long Main dans la main. Les choses se corsent encore plus avec Marguerite et Julien, adaptation d’un scénario de Jean Gruault que Truffaut avait songé un temps à réaliser. Présenté au Festival de Cannes 2015 en compétition, cette nouvelle oeuvre qui ne manque pas d’audace y a suscité des réactions aussi vives, violentes que disproportionnées. On a pu entendre que le film était un ratage, qu’il était vain… Serait-ce le sujet (un amour interdit et incestueux) qui a mis mal à l’aise les festivaliers ? Difficile à dire et à comprendre tant la réalisatrice réussit l’exploit de nous faire croire en cette romance sans jamais nous mettre mal à l’aise. Nous plongeant dans l’univers du conte, avec un hommage tendre au cinéma de Jacques Demy, Valérie Donzelli transforme cette attirance moralement inconcevable en une sorte de malédiction romantique. Et en profite au passage pour livrer une nouvelle variation sur ses thèmes de prédilection : l’amour fusionnel, la différence. Incompréhensible que les fans de la première heure de la cinéaste puisse subitement lui tourner le dos tant l’on retrouve ici toute l’essence de sa jeune oeuvre : irrévérence, un côté délicieusement outré, une avalanche de moments pop, l’amour comme raison de vivre, plus fort que tout.

S’il fallait objectivement reprocher quelque chose au métrage, ce serait sans doute le côté parfois sur le fil de l’interprétation (quelques scènes de larmes mal gérées notamment). Mais les maladresses sont largement contrebalancées par la mise en scène. Marguerite & Julien est sans aucun doute, en terme de réalisation, le film le plus courageux et bluffant de son auteur. Donzelli nous en met plein les yeux, joue avec malice des artifices et nous entraîne dans un ballet pop hors du temps et des conventions. C’est bien la première fois que l’on se retrouve à vibrer pour une histoire d’inceste, qu’on en devient volontiers complice. Le projet déborde de douceur et de fantaisie, ne tombe jamais dans le sulfureux gratuit, préférant encore et toujours s’attarder sur la lutte de deux êtres qui s’aiment,  peu importe les coups du sort, les médisances.

marguerite & julien donzelli

S’ils trébuchent par moments, Jérémie Elkaïm et Anaïs Demoustier livrent des interprétations marquantes. Julien est filmé avec une sensualité vertigineuse et troublante (Donzelli en fait une sorte de prince incestueux malgré lui, à la fois très lisse et érotique – comme à son habitude, la caméra de la réalisatrice filme son acteur phare sous toutes les coutures et nous fait frémir de désir), Marguerite constitue un beau personnage d’amoureuse tragique (Anaïs Demoustier, craquante comme toujours, fait d’elle ,avec beaucoup de délicatesse, une jeune femme qui aime comme une enfant, sans limite). Absorbé, emporté par une imagerie colorée, on finit bien par oublier l’inceste et on peut voir dans cette véritable proposition de cinéma, audacieuse et sensible, une réflexion sur l’amour et la morale.

La raison pour laquelle le film a tant décontenancé est sans doute que Marguerite & Julien propose une épopée sentimentale au goût d’interdit autant que d’inédit. Si les références ne manquent pas, le projet demeure inclassable, finit par ne ressembler à rien de connu. Si l’on va au cinéma, c’est pourtant aussi et surtout pour se laisser haper, pour se perdre en territoires étrangers et fantasmés. Porté par une foi assez bouleversante dans le cinéma, ce conte merveilleusement excentrique ne plaira pas à tout le monde mais ne manquera pas de toucher dans le mille le coeur de spectateurs cinéphiles qui pourraient (c’est ce qu’on lui souhaite) en faire une oeuvre culte. Ici, on dit bravo !

Film sorti en 2015 et disponible en DVD et VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)