FICTIONS LGBT

MAURICE de James Ivory : passion interdite avec Hugh Grant

By  | 

Quelques années avant la première guerre mondiale, dans une société vicrorienne, deux jeunes garçons étudient et se lient d’amitié. Ils s’appellent Maurice (James Wilby) et Clive (Hugh Grant). Maurice est un peu introverti, il découvre la vie loin de sa famille guindée. Clive est un garçon plus affirmé, ambitieux. Un jour, Clive déclare à Maurice son amour. D’abord choqué, puis perdu, le jeune homme finit par réaliser qu’il est lui-même sans s’en rendre vraiment compte tombé amoureux de son ami. Mais dans l’Angleterre de l’époque, pas facile d’assumer ce genre de sentiments, menant tout droit vers le scandale, la prison, la ruine.

Insouciants, portés par la passion, les deux garçons vivent pleinement leur relation (assez platonique) en faisant croire à leur entourage qu’ils ne sont que des amis. Mais les années passent et l’entrée dans le monde adulte ne se fait pas sans heurts. Alors qu’un ami proche voit sa vie détruite suite à la révélation de son homosexualité, Clive commence à prendre peur. Il décide de mettre un terme à sa relation avec Maurice et se jette dans les bras de la première fille venue. Maurice, plus romantique, est complètement abattu par la situation et commence à se demander si ses préférences sexuelles ne relèvent pas de la maladie…

maurice james ivory

Adaptation de l’œuvre de EM Forster, affichant une durée de 2h20, Maurice est une grande fresque romantique évoquant la difficulté d’être soi-même dans une société huppée et rétrograde. Si la réalisation de James Ivory est un poil académique, le scénario subtil et la superbe interprétation du duo Wilby/Grant nous permettent de nous plonger totalement dans les tourments sentimentaux de ces deux jeunes hommes perdus face à eux-mêmes. Beaucoup de choses passent par les regards, les petits gestes, les petites phrases lancées l’air de rien mais pourtant bouleversantes, changeant une vie à jamais. Au début du film, on découvre Maurice enfant à qui l’on explique qu’un jour il trouvera une femme et que ce sera merveilleux. Maurice grandira avec cette idée avant d’être rattrapé par des désirs enfouis que Clive réveillera.

Dès le moment où Clive lui avouera ses sentiments, Maurice changera de vie et connaitra une sorte de pertes des illusions. Il se fait d’abord renvoyé de son école, est alors contraint de tourner le dos à sa joyeuse vie d’étudiant. Mais peu lui importe : c’est un passionné et il vit pour revoir Clive qui devient l’essentiel de sa vie. Il est prêt à tout pour lui. Clive, qui est  tout de même celui qui pousse Maurice à découvrir qui il est vraiment, n’est pas aussi romantique. Il est indéniable qu’il aime Maurice mais il est aussi et surtout terre à terre, conscient du monde dans lequel il évolue. Il préfèrera se réfugier vers les bonnes vieilles valeurs de l’époque pour être sûr de sauver sa peau, garder sa bonne situation. Et il encouragera Maurice à en faire autant, à trouver une femme.

maurice james ivory

Pendant toute la deuxième partie du métrage on suit un Clive qui ne cesse de prétendre qu’il est heureux. Il semble bel et bien s’en être convaincu. Maurice ,lui, n’arrive pas à changer ses désirs, ses sentiments. Il ira jusqu’à s’essayer à l’hypnose pour changer. Mais finalement un autre garçon entrera en jeu, lui confirmant qu’il n’a pas à se sentir coupable, que c’est la société qui a tort en condamnant ce qui n’est au final que de l’amour. Si cette histoire d’homosexuels contraints d’être refoulés n’a rien de bien original vue de nos jours, elle est toutefois traitée avec beaucoup de souffle et de charme. Elle devient même assez vite universelle, rendant compte de la fin de l’insouciance, du premier amour et de ses fatales désillusions dont on ne pense jamais se remettre.

Au final, Maurice passera par tous les états : le déni, l’envie d’affirmation, le refoulement, l’amour, la souffrance, le désespoir…Tout ça pour tenter de finir par s’assumer, reprendre confiance en soi, avoir foi en l’avenir qui fera bouger les sociétés aux règles étriquées, ne pas se laisser abattre par ce qu’on nous impose et se laisser porter par ce que l’on juge essentiel pour notre épanouissement. Peu importe le sexe, peu importe la classe sociale. Un film romantique, pas aussi convenu que ce à quoi on pouvait s’attendre et doté d’un casting irréprochable. Culte pour plusieurs générations.

Film sorti en 1987. Disponible en VOD et DVD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)