ALBUMS

Moodoïd « Cité champagne » : le voyage musical à ne pas rater

By  | 

En 2014, Moodoïd dynamitait la pop française avec l’album « Le Monde Möö », un trip plein de poésie, de couleurs et de délicieuses expérimentations. La formation, portée par le charismatique chanteur Pablo Padovani est de retour en 2018 avec un nouvel opus, « Cité champagne », co-produit avec Pierre Rousseau (l’un des deux garçons de Paradis). On s’attendait à du lourd et mon gars prépare-toi : c’est d’office un des meilleurs disques de l’année !

Invitation pour un véritable voyage musical, cette « Cité Champagne » nous retourne le cerveau et nous fait partir vers des cieux saturés de couleurs où s’opposent frustration et jouissance, euphorie et désillusion, féminin et masculin. ADN pop mais aussi beaucoup de sonorités eighties, vintage, electros ou carrément psychédéliques. C’est un disque qui nous égare, qui nous plonge dans une brume colorée et artificielle de discothèque, à la recherche d’amours intenses et possiblement voués à la destruction.

Dès le premier titre, « Langage », entre français et anglais, on est intrigué. Un univers qui mélange les périodes, la pop et le disco, où la voix de Pablo Padovani oscille entre grave et aigu pour laisser place lors du refrain à l’une de ses divines chanteuses. Déjà le diable au corps et ce n’est qu’un début… En effet, cette « Cité champagne » est peuplée d’épopées musicales ultra jouissives et jamais linéaires.

Le très chatte « Reptile », l’incroyable Miss Smith (notes electros entêtantes, merveilles synthétiques, guitare qui prend aux tripes, paroles mélancoliques… un des plus beaux morceaux entendus depuis longtemps qui donne envie de danser des heures), le démentiel « Chamberlain Hotel » (qui nous donne l’impression d’évoluer dans un épisode de Jem et les Hologrammes avec un refrain absolument génial et un final à la guitare qui a hérissé tous les poils de notre corps), Helena (piste tortueuse à souhait qui là aussi crée la surprise dans son dernier tiers avec une envolée belle à chialer). On ne cite que ces moments-là, car ils sont ceux qui produisent l’effet le plus immédiat, véritables décharges musicales à la grâce incroyable. Mais qu’on se le dise : tout est beau, bon et se suit comme une histoire vibrante et hors du temps.

Archi maîtrisé et raffiné, ce nouvel album de Moodoïd se paie aussi le luxe d’être extrêmement ludique, accessible, fun et sexy. Une voix unique, des paysages queer, du style tout en restant easy listening : tout y est. Prenez votre billet pour la Cité champagne sans plus attendre, c’est le paradis ! 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)