FICTIONS LGBT

O FANTASMA de João Pedro Rodrigues : pulsions sauvages

By  | 

Un couloir, un chien qui gratte à une porte. Derrière la porte une étreinte bestiale : un homme entièrement vêtu en latex saisit avec ardeur un autre homme. Bienvenue dans l’étrange et très hot O Fantasma, premier long-métrage du réalisateur portugais João Pedro Rodrigues. On y suit la vie de Sergio (Ricardo Meneses), jeune éboueur dans un état constant d’excitation. Il erre la nuit dans les rues à la recherche de plaisirs éphémères plus ou moins violents avec des hommes de passage. Une sorte de vie secrète puisqu’au travail il sort avec une jeune femme prénommée Fatima (Beatriz Torcato). Une relation aux airs de jeu du chat et de la souris : ils se reniflent, se cherchent mais finissent toujours par s’engueuler. Sergio est en effet persuadé que Fatima l’a trompé et il voudrait la forcer à tout avouer. Souffre-t-il de cette trahison ou en est-il excité ? Alors qu’il vagabonde, Sergio finit par faire une fixation sur un homme. Il ira jusqu’à se perdre au bout de son fantasme…

Film choc à l’esthétique fantasmatique et marquante, O Fantasma est une expérience étrangement sensuelle, extrêmement sensorielle et relativement dérangeante. Le réalisateur renvoie son personnage principal à son instinct animal : les chiens sont toujours à proximité de Sergio et quand ils ne sont pas dans le champ on les entend aboyer au loin. Ces aboiements sont comme une alarme qui sonne l’appel du désir, une envie de pousser des râles de plaisir. Ricardo Meneses a un regard qui pue le sexe et ne pouvait pas mieux incarner son personnage constamment en rut et en quête de nouveaux plaisirs. Le long-métrage explore un certain nombre de fantasmes gays plus ou moins trash et réussit à éveiller la curiosité, à transmettre une décharge érotique au spectateur qu’il soit homosexuel ou non.

o fantasma film

On a ainsi droit à des scènes d’un onanisme troublant, des envies de cuir sauvages, des abus ritualisés… On reste dans un certain domaine SM, plus propice à servir le propos du réalisateur qui tient à montrer la virulence des corps à corps qui provoquent aussi bien la jouissance, la sensation de liberté que l’égarement. Une fois que Sergio jette son dévolu sur un homme en particulier, il devient lui-même un chien. Il fouille les poubelles et récupère des dessous masculins, il suit celui qu’il aimerait comme son Maitre à la trace, il se balade sur les toits à quatre pattes…Ce qui aurait pu être tourné en dérision est juste ici magnifique et troublant avec un sens du cadre évident.

Grâce à un interprète au corps d’Apollon, une ambiance toute particulière entre glauque et onirisme, O Fantasma nous plonge comme pouvait le promettre son titre : en plein fantasme. Culte.

Film sorti en 2001. Disponible en DVD et en VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)