FICTIONS LGBT

ODETE de João Pedro Rodrigues : les deux bouées

By  | 

Rui (Nuno Gil) et Pedro (Joao Carreira) fêtent leur premier anniversaire en tant que couple. Seulement quelques minutes après son départ, Pedro est victime d’un accident de voiture. Il n’y survit pas. Rui devient alors inconsolable. Lors de la veillée funèbre, une inconnue, Odete (Ana Cristina de Oliveira) surprend Rui, désespéré, embrassant le cadavre de son amoureux alors que la famille de celui-ci est endormie. Pedro vivait avec sa mère dans l’appartement voisin d’Odete. Ils ne se connaissaient pas. La jeune femme vient de subir un choc : obsédée par son désir d’enfant et comprenant que son petit ami refusait de lui en faire un, elle l’a mis à la porte. Lorsqu’elle a cherché à recoller les morceaux, il lui a annoncé qu’il ne voulait plus la revoir et a disparu. Seule, Odete tombe dans une certaine folie et fait de Pedro sa nouvelle obsession. Elle va se présenter à sa mère et prétend être enceinte de lui, passe ses journées et ses nuits sur sa tombe, porte la bague que Rui lui avait offert et qu’elle a subtilisé sur son cadavre. Après une période d’errance, les chemins de Rui et Odete finiront par se croiser.

odete joao pedro rodrigues

Deuxième long-métrage de João Pedro Rodrigues, Odete s’ouvre sur une magnifique scène de baiser entre Rui et Pedro, sur fond de musique bossa nova. Trop beau pour être vrai ? Le destin rattrape les deux jeunes amoureux et Rui se retrouve seul dans son appartement à pleurer celui avec qui il pensait faire sa vie. Quand on est jeune, on ne pense pas à la mort, on ne l’attend pas. Le processus de deuil va être difficile pour Rui, d’autant plus que la mère de Pedro semble ignorer son existence, le lien qui l’unissait à son fils. Il doit alors composer avec sa peine seul, dans l’ombre, est tétanisé à l’idée d’entrer au cimetière. Il boit, fume, regarde des photographies. Il tente de combler le grand vide qui le fait suffoquer par de petites parenthèses sexuelles qui ne parviennent hélas pas à lui faire oublier la douleur qui le ronge.

En parallèle, Odete vient de subir le choc de la rupture et a peur de ne jamais tomber enceinte. Elle fait alors une fixation sur ce voisin qu’elle ne connaissait pas et se permet de s’imposer dans l’univers de ceux à qui il il manque terriblement. Elle se fait passer pour sa petite amie, prétend porter son enfant. La mère de Pedro a du mal à y croire (on sent qu’elle avait deviné son homosexualité) mais le mensonge d’Odete l’apaise curieusement, l’aide à se sentir moins seule – elle a également perdu son mari quelques années auparavant. Alors qu’Odete, hystérique, déconnectée de la réalité, fait tout de travers, elle va pourtant aider ,à sa très curieuse façon, la mère et le compagnon de Pedro dans cet instant terrible. Ce sont trois personnages rongés par l’absence, le manque.

odete joao pedro rodrigues

João Pedro Rodrigues n’a jamais cherché à plaire à tout le monde, proposant un univers étrange, fétichiste, tordu, morbide. Il y a ce plaisir rare dans ses films à se laisser surprendre par un scénario tout sauf linéaire ou prévisible, à croire aux scènes les plus dingues ou improbables grâce à la force romantique de la mise en scène. Sa caméra ne juge jamais ses personnages, même les plus extrêmes. Malgré la douleur, l’horreur, il émane toujours des plans une beauté, une grâce, qui portent son récit à un drôle de niveau. On est à la fois dans le réel et dans quelque chose de complètement fantasmagorique. Les scènes sont tour à tour inquiétantes, d’une sensualité explosive, parfois au bord du grotesque.

Si l’on accepte la radicalité de l’ensemble, qu’on se laisse porter par la mélancolie des protagonistes, entre romantisme désespéré et folie, on ne peut que succomber au lyrisme de la mise en scène, la sensibilité d’un garçon et d’une fille qui vont finir par devenir les « bouées » l’un pour l’autre, un être à qui se rattacher à un moment où tout semble suspendu et donc possible.

Film sorti en 2005 et disponible en DVD aux éditions Epicentre Films 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)