FICTIONS LGBT

POSE : dernière saison grandiose pour une série déjà culte

By  | 

De toutes les séries créées par Ryan Murphy, Pose est sans aucun doute la plus forte et la plus iconique. Avec sa galerie de marginaux aux grands coeurs, de personnalités queer flamboyantes et de femmes trans dont la force n’a d’égal que leur beauté, le show a révolutionné la télévision américaine. En regardant la troisième et dernière saison, on réalise à quel point ce que l’on est en train de regarder est historique. 

pose série

Les 7 derniers épisodes nous plongent au début des années 1990. Le Sida continue de menacer certains des protagonistes. Si Blanca (Mj Rodriguez), l’héroïne au coeur pur, n’est pas trop foudroyée par la maladie, son ami de toujours Pray Tell (Billy Porter) vacille. Lui qui a vu tant de ses amis disparaitre et qui n’en peut plus d’assister à des enterrements sent que sa propre heure pourrait venir. Il cède alors aux sirènes de l’autodestruction et de l’addiction. 

Le thème de l’addiction tient une place importante dans la première partie de cette saison finale, Angel (Indya Moore) et Lulu (Hailie Sahar) se retrouvant elles aussi aspirées par la tentation d’oublier le vertige des défis de l’existence et du quotidien en succombant aux sirènes dangereuses des substances. 

Si Pose reste assez dramatique, nous confrontant au drame des années Sida et à la transphobie (en revenant notamment sur la cruauté des familles « biologiques »), les scénaristes ont eu pour ce chapitre final une très belle idée. Ils extraient régulièrement les personnages du réel, dépassent les frontières du rationnel et du réalisable pour faire naître à l’écran des rêves. Portée par ses magnifiques héroïnes, Pose envoie valser l’Histoire, les pseudo-normes, les restrictions. Si elles n’ont pas choisi de naître dans le mauvais corps, les femmes de la série sont là ,bien réelles, et elles imposent avec leur force, leur propre réalité. Et le pouvoir de leurs rêves va les aider à aller au-delà de ce qu’elles pouvaient espérer.

pose série
pose série

Ces derniers épisodes prennent souvent l’allure d’un rêve de cinéma pour les femmes trans. Hier à la rue, délaissées, opprimées, les héroïnes transcendent leur destin. Elles peuvent devenir riches, puissantes, trouver l’homme de leur rêve, se marier, accéder à la maternité. Avec une véritable intelligence et audace, Pose nous rappelle que tout n’est qu’une question de regard et de coeur. Le fait que l’action se situe dans les années 1990 et que quelque part la série réécrive l’Histoire constitue un geste créatif encore plus fort. Comme pour nous montrer à quel point on est en retard, à quel point les luttes des personnes trans ne devraient pas encore avoir un si long chemin à parcourir. 

En réalisant les rêves de Blanca, Angel et Elektra, le show crée de nouvelles images qui marqueront pour longtemps. Au-delà de l’aspect évidemment militant de la production, Pose embrasse les codes du soap-opera avec délice et entend nous mettre des étoiles dans les yeux. Et qu’est-ce que ça fait du bien de voir nos héroïnes préférées plus belles que jamais, heureuses, fortes, accédant à la réussite. C’est ce que l’on retient avant tout de cet épilogue grandiose : la puissance des rêves, l’importance de ne jamais baisser les bras, de se battre pour qui l’on est et celles et ceux que l’on aime. 

pose série

La volonté d’offrir un happy end après tant de portraits ternes et sur-dramatiques au cinéma et à la télévision est rafraichissante. Et tous les personnages phares ont ici le droit à une fin parfaitement orchestrée. L’écriture est au top (avec notamment des épisodes spéciaux qui nous replongent en profondeur sur l’itinéraire d’Elektra et Pray Tell), le casting donne tout et nous touche en plein coeur.

La dernière saison de Pose a tout simplement tout : de très beaux moments de drame et d’émotion, des protagonistes parmi les plus attachants qu’on ait pu voir dans une série depuis longtemps, un coeur et une générosité qui bouleversent, des images glamour et clipesques qui font rêver, une bande-originale parfaite, un hommage aux luttes de nos ainé(e)s et à celles qui sont encore à mener, les ballrooms comme terrain de renaissance pour se ré-approprier son destin épaulé par une nouvelle famille de coeur.  

pose série

La bienveillance éternelle de Blanca, le bon fond de l’iconique diva Elektra dévoilé, les tourments intérieurs de Pray Tell, l’amour éclatant d’Angel et Lil Papi, les larmes de Ricky : si le danger et la mort menacent en permanence, l’amour et la vie semblent toujours pourtant ici avoir le dernier mot. 

Les gays avaient eu Queer as Folk, les lesbiennes The L word, les femmes trans peuvent maintenant dire qu’elles ont Pose. Une référence qui va s’inscrire dans le temps, qui a déjà permis d’éveiller beaucoup de consciences et de changer la représentation des femmes trans à l’écran. Malgré des parcours difficiles, les femmes de la série brillent par leur beauté, leur ténacité et sont devenues grâce à ce show des princesses, des reines, des business women, des infirmières, des amoureuses. Les créateurs de la série incitent à espérer, à croire, à se battre encore et encore. Pose montre la force des communautés que l’on se crée. Jusqu’à un sublime final, militant et bouleversant, la série se termine en apothéose. Déjà culte. 

Dernière saison diffusée en 2021 et disponible en France sur MyCanal 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)