FICTIONS LGBT

SCÈNES COUPÉES de Todd Verow : fragments

By  | 

L’histoire peut paraître simple : un jeune homme un peu à l’Ouest, maladroit et qui s’appelle Sean (Michael Vaccaro) rencontre lors d’une promenade un beau mec à l’air un peu sévère et qui s’appelle Wolf (Ivica Kovacevic). Sean le drague, on devine le coup de foudre, il s’y prend un peu mal, est déjà dans l’attente. Wolf lui laisse son numéro. Le film est articulé en chapitres, comme les chapitres d’un dvd. On se souviendrait de nos relations passées comme ça : des scènes plus ou moins désordonnées (bien qu’ici présentées de façon chronologique), des fragments plus ou moins heureux ou douloureux. Des scènes qu’on voudrait bien effacer, qu’on effacera peut-être mais qui ont participé à notre évolution, notre construction.

Wolf et Sean se voient et font un plan. Wolf est un bon coup, un mec très porté sur le sexe. Il gagne sa vie en se prostituant ou en se faisant filmer dans des vidéos adultes amateures. Tout cela, Sean ne le sait pas. Et ce que Wolf ne sait pas, c’est que Sean est un drogué. Ce dernier semble toujours dans la dépendance : avec la drogue comme avec les garçons. Très vite, il aura besoin de Wolf, ne pourra plus s’en passer et deviendra collant, excessif. Wolf ne s’en offusquera pas. Car progressivement les deux garçons partagent plus que du sexe. Ils partagent des choses banales mais la complicité est évidente. Wolf a l’habitude de dormir par terre, Sean s’en aperçoit, se met lui aussi au sol, prend la tête de Wolf, la pose sur un oreiller, le recouvre d’une couverture. Geste simple, mais qui veut tout de suite dire beaucoup pour Wolf, si imposant, impressionnant au départ, mais révélant une sensibilité croissante.

scènes coupées todd verow

Scènes Coupées (Deleted Scenes en VO) pourrait avoir des allures de film érotique mais c’est bien plus que ça. Il s’agit d’un véritable film d’amour, une histoire d’une folle intensité sur deux garçons paumés qui se trouvent et finissent malgré eux par se détruire. Dans un New York où la solitude règne, où le sexe est très souvent hard, chacun cache des secrets. On voit se dessiner les portraits de deux jeunes mecs libérés sexuellement mais qui ne peuvent tout assumer. Il y a toujours des tabous, des zones d’ombres qu’on préfère cacher à la personne qu’on aime. Car on a peur de la blesser, car on peut se trouver monstrueux. Mais en cachant ces zones d’ombres, en jouant la carte de la double vie, on prend le risque d’être un jour démasqué et de tout foutre en l’air.

Le film dispose d’un budget dérisoire, ça se sent souvent à l’écran mais Todd Verow est de ceux qui tirent le meilleur des contraintes. Scènes coupées est peut-être par moments maladroit mais il est toujours inspiré, habité, d’une sensibilité rare. Il m’a un peu fait penser à un autre gay themed movie que j’avais bien aimé, Lucky Bastard. En parallèle du couple Sean/Wolf, on découvre le segment d’un curieux mec en fuite, que Sean et Wolf avaient rencontré pour un plan à trois. Des fragments, encore et encore. Une oeuvre indé intrigante et attachante.

Film sorti en 2010 et disponible sur la plate-forme de Films LGBT Queerscreen

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)