JUSQU'À TOI

Soirées Gays à Paris : la Heaven Club fait souffler un vent nouveau

By  | 

Chercher l’amour tout en découvrant de nouveaux lieux et soirées, c’était le but de cette chronique. Et quel bonheur d’aller la semaine dernière la soirée Heaven Club. J’ai découvert ce nouveau rendez-vous de la nuit queer parisienne au détour d’un post de la chanteuse de Tessa B qui y avait été invitée pour un concert. Tiens, tiens : une chanteuse que j’aime bien dans une soirée clubbing LGBT ? Je me suis abonné à leur compte et quand j’ai vu qu’ils faisaient une nouvelle soirée j’ai foncé, accompagné de mon pote « A ».

Comme la majorité des soirées parisiennes, la Heaven peut changer de lieu d’une édition à l’autre. Cette fois elle avait lieu au Sacré (142 rue Montmartre dans le 2ème arrondissement).

On arrive avec A. un peu en avance car j’avais lu que les préventes étaient toutes vendues. On apprend à l’entrée qu’en fait si on entre avant minuit c’est gratuit. J’ai acheté des préventes dans le vent mais pas grave, on saura pour la prochaine fois. Le Sacré, j’aime beaucoup. La déco est chouette, c’est très parisien, branché mais pas trop snob. On descend, on pose son vestiaire et on arrive dans la première pièce principale où il y a un grand bar, des minis tables en hauteur, une piste de danse. Avant minuit il y a déjà du monde. La majorité de la clientèle est assez jeune mais les trentenaires sont dans la place aussi.

On se prend un verre et c’est un peu la guerre : 20 bonnes minutes d’attente. C’est que les gens sont chauds et s’offrent tous des shots dans tous les sens. Sur la gauche il y a un fumoir très cool où on peut s’asseoir ou jeter ses cendres aux pieds d’une statue.

A partir d’une certaine heure une deuxième salle s’ouvre. C’est là qu’aura lieu le concert de cette édition qui n’est autre qu’un concert de la très cool Jaïa Rose dont le morceau 1000 mg fait partie de mes favoris du début d’année. En l’attendant on s’ambiance sur du bon son. Oui, enfin du putain de bon son dans une soirée queer ! C’est pas à toutes les soirées qu’on a la chance de pouvoir danser sur du Kaytranada ou du Darius et je suis vraiment trop content. Tellement qu’au final je ne suis pas vraiment d’humeur à draguer plus que ça. Dans la salle, la drag Queen Ruby on the nail fait le show et danse au milieu de la piste.

Jaïa Rose entre en scène et on découvre en live son premier EP. Là encore je savoure l’instant : c’est rare de voir une artiste cool invitée pour un concert dans une soirée LGBT. Bon d’ailleurs j’exagère en disant soirée gay, soirée queer ou LGBT car la Heaven est une soirée très mélangée. Il y a des gays, des bis, des lesbiennes, des hétéros et ça fait plaisir de voir que tout le monde fait la fête ensemble dans une atmosphère cool, bienveillante. Si certaines personnes sont très hype et lookées il n’y a pas de mépris comme on peut en trouver dans des soirées trop mondaines.

Après le concert de Jaïa Rose, c’est Sônge qui débarque sur scène pour un DJ set chaud bouillant. Avec A, on boit des shots, on enchaîne les verres, la tête tourne. Je n’ai pas d’interactions avec des mecs, je discute avec des filles cool au fumoir. On n’est pas dans une soirée où ça drague sévère même si la nuit tournant et les verres s’accumulant des rapprochements se font sur la piste de danse.

Sur les coups de 4h du mat, une compétition de voguing se lance. La série Pose et Ru Paul ont définitivement ravivée la flamme du voguing et c’est tant mieux. Défilent avec assurance et facétie de jeunes gens en rouge (couleur choisie pour la compétition) devant un public conquis et euphorique. C’est le très stylé Valentin Beaufils qui remporte la compétition.

Si je n’ai rien de croustillant à raconter d’un point de vue perso (non j’ai pas pécho), je tenais vraiment à faire un billet sur cette soirée qui je trouve apporte beaucoup de fraîcheur et de cool dans la nuit parisienne. Ça fait plaisir de voir que des gens se démènent pour organiser de vrais événements avec un amour sincère pour la scène drag, le voguing et la musique. Exit ces putains de clubs faussement cools avec de la techno dégueulasse de drogués ou les sets flemmards qui recyclent encore et encore de vieux hits de divas.  Bravo la Heaven et please une nouvelle édition avec Ehla ou Enchantée Julia <3 L’instagram de la soirée pour se tenir au courant des prochaines éditions

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)