CINEMA

SWALLOW de Carlo Mirabella-Davis : un quotidien dur à avaler

By  | 

Premier long-métrage du réalisateur Carlo Mirabella-Davis, Swallow nous fait découvrir l’intrigant trouble compulsif du comportement alimentaire, le Pica, à travers une héroïne enfermée au coeur d’une famille bourgeoise. L’actrice Haley Bennett est parfaite dans ce film à la mise en scène très maitrisée.

Hunter (Haley Bennett) tient son rôle de jeune épouse parfaite auprès du beau, riche et rigide Richie (très sexy Austin Stowell). Ce dernier vient d’accéder au sommet de la grande entreprise familiale et mène la grande vie dans une immense maison. Hunter, à qui l’on ne demande pas de travailler mais de toujours bien se tenir, passe ses journées à décorer la demeure, préparer les repas… Rien ne doit dépasser, il faut toujours que tout soit propre, lisse, sans pli. Cette « belle vie » ressemble bien à une prison dorée dans laquelle Hunter est enfermée comme une jolie poupée. Les parents d’Hunter considèrent qu’elle a bien de la chance d’être là et attendent d’elle qu’elle soit exemplaire. On se permet tout un tas de remarques à son égard, on lui coupe la parole, la rabaisse en permanence avec plus ou moins de cynisme. La belle épouse joue le jeu, amoureuse de Richie et s’accrochant à ses privilèges matériels.

Tout bascule quand Hunter tombe enceinte. Si évidemment Richie et ses parents sont ravis à l’idée de prolonger la lignée familiale, Hunter est préoccupée. Ce que personne ne sait, c’est qu’elle souffre du Pica, un trouble compulsif du comportement alimentaire qui l’amène à avaler des objets. Bille, caillou, punaise… Ces pulsions dangereuses deviennent impossibles maintenant qu’un bébé grandit dans son ventre. Hunter ne parvient hélas pas à se contrôler et son secret va éclater au grand jour, rendant son quotidien infernal et faisant ressortir des fantômes du passé…

swallow film

Pour un premier long-métrage, Carlo Mirabella-Davis fait fort. Swallow traite d’un sujet peu abordé avec beaucoup de style. La mise en scène est en effet très maîtrisée, belle, servie par une photographie colorée, pop et raffinée. Le spectateur est propulsé dans une grande maison de poupée où tout est luxe. Mais cet énorme confort et la beauté du couple formé par Hunter et Richie ne sont bien évidemment qu’une illusion. Derrière l’image du couple parfait il y a bien des frustrations et de la laideur. On comprend rapidement qu’Hunter est complètement prisonnière. Richie et sa famille l’ont transformée en esclave moderne. Elle doit toujours être belle, souriante, faire les tâches ménagères, les lessives, être à l’écoute, ne rien exiger, ne pas se plaindre. On ne l’écoute pas, on ne la considère pas. Elle doit assurer son rôle à la perfection, ce qu’elle a toujours réussi à faire. Mais quand elle doit endosser le rôle de future maman le vernis craque.

L’annonce de sa grossesse libère en quelque sorte tous les monstres de cet espace chic et asphyxiant. Le monstre qui habite Hunter à travers sa maladie et des pulsions qu’elle n’arrive pas à refréner. Mais aussi et surtout les monstres que sont Richie et ses parents qui vont s’obséder à vouloir la contrôler comme si elle et son corps leur appartenaient.

swallow film

L’esthétique pop et vintage se mêle à des inspirations hitchcockiennes et Swallow alterne cynisme et portrait acide d’une bourgeoisie glaçante, cruelle et vide avec des pics de tension tandis que son héroïne malmène son corps comme une réponse pulsionnelle à la violence ordinaire de son quotidien et ses traumas du passé.

Très fort dans sa première partie qui joue à merveille des rapports de force et des faux semblants, le film se perd parfois un peu en raison d’un scénario un peu trop psychologisant. Mais on peut considérer cela comme une maladresse de premier film et ça n’est pas si important tant Swallow arrive à nous ensorceler par un style déjà bien affirmé. En filigrane, et de façon peu convenue, se dessine peu à peu la trajectoire d’une femme qui s’affranchit des codes de classe et se réapproprie son corps. Une curiosité.

Film sorti au cinéma le 15 janvier 2020

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)