COURTS

THE CABLE GUY de Noel Alejandro : connectés

By  | 

Avec The Cable Guy, Noel Alejandro nous plonge dans le quotidien d’un jeune trentenaire espagnol (le viril et tatoué Chris Michaels), visiblement un poil en manque de contact (il consulte sur son téléphone des vidéos de… Noel Alejandro), qui se met à fantasmer sur le beau blond barbu qui est en train de lui installer sa box Internet. Le beau mâle en question n’est autre que le très sexy Matthew Anders.

Si « le garçon du câble » tape dans l’oeil de notre latino à cran, la réciproque n’est pas certaine. Par timidité, le client n’ose faire des avances et laisse s’échapper l’objet de son désir une fois le travail achevé. Il ne lui reste qu’une bouteille de jus de fruit sur laquelle Matthew Anders a posé ses lèvres. La partie charnelle du métrage se lance avec un instant fétichiste lors duquel Chris Michaels lèche et galoche à pleine bouche la bouteille en pensant à la bouche de celui qu’il n’a pas osé draguer. Se matérialise ensuite un fantasme où Matthew Anders arrive derrière Chris Michaels pour le saisir et l’entraîner dans une étreinte hautement érotique.

the cable guy noel alejandro the cable guy noel alejandro the cable guy noel alejandro

Comme toujours chez Noel Alejandro, la tendresse prime, les baisers sont nombreux, les parties du corps sublimées, le son étourdissant et excitant. Même si au départ on peut ne pas trouver les deux modèles particulièrement à notre goût ils deviennent extrêmement attirants de par la façon dont ils sont filmés. Le sexe de Matthew Anders apparaît comme la gourmandise ultime et la façon de filmer les préliminaires nous donnent franchement l’impression d’y être. La trame est légère mais « The cable guy » raconte beaucoup de choses. Le réalisateur capte l’étourdissement des caresses, l’ivresse tendre et fervente d’un actif qui saisit avec l’envie palpable de faire de la jouissance un partage.

Du beau sexe qui se passe des mots, jouant sur l’intensité des regards, des frôlements et des frottements.

Film produit en 2016 et disponible sur noelalejandrofilms.com

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)