FICTIONS LGBT

THE COMEDIAN de Tom Shkolnik : l’échec d’un artiste

By  | 

Londres. Ed (Edward Hogg) a la trentaine et rêve de devenir comédien. Il se produit le soir dans des bars où il s’essaie, avec plus ou moins de succès, au stand up. Pour payer le loyer de son appartement, qu’il partage avec Elisa (Elisa Lasowski), une amie chanteuse avec laquelle il entretien une amitié ambiguë, il travaille la journée comme télé-opérateur pour des assurances santé. Ce job ingrat, où il subit une pression de plus en plus soutenue, commence sérieusement à le peser.

Les rêves d’hier ont laissé place à l’angoisse de rater sa vie, qu’à 30 ans il soit déjà trop tard pour rebondir. Une nuit, après une performance ratée, Ed rencontre dans le bus Nathan (Nathan Stewart-Jarrett de la série Misfits). Ce dernier, ayant assisté à son numéro, se moque gentiment de lui tout en le draguant. Ils passent la nuit ensemble et entament un début de relation. Mais cela tombe plutôt mal : Ed traverse une période difficile, proche de la dépression. Il a la sensation que tout s’effondre autour de lui et ne trouve pas le moyen de se ressaisir, se laissant au contraire dériver dans un élan d’autodestruction…

the comedian film tom shkolnik

Avec The comedian, le réalisateur Tom Shkolnik nous plonge dans un Londres à l’atmosphère nocturne et singulière, où les personnages mélancoliques cherchent leur voie, entre douleur et humour. On est assez surpris d’apprendre que les dialogues et les scènes du film ont été improvisés (90 heures tournées, que des prises uniques, pour au final donner ce long-métrage de 80 minutes). En effet, tout est incroyable de justesse et la psychologie des personnages très intéressante. La mise en scène est sensorielle, nous faisant ressentir le malaise intérieur, la peur du vide qui envahissent Ed, victime de ses propres rêves, de sa difficulté à se gérer soi-même. Un homme en roue libre, hyper sensible mais faisant malgré lui son malheur et celui des autres.

Gay, il ne peut s’empêcher de cultiver sa relation ambiguë avec son amie Elisa, au point de jouer parfois avec ses sentiments (magnifique scène durant laquelle il l’embrasse, la cherche, avant de se rétracter avec une douceur que l’on devine douloureuse pour celle qui l’aime en silence). Si les mots sont importants (le travail d’improvisation des acteurs donne lieu à des dialogues intenses), les gestes le sont tout autant, traduisant souvent le doute qui ronge des êtres perdus.

Ed veut faire rire mais tout autour de lui lui donne envie de pleurer. Il peine à s’engager avec Nathan et se laisse ronger par la jalousie, il n’arrive pas à être satisfait de ses numéros de stand up et se révèle de plus en plus inefficace au travail. Sans parler de ses parents, bienveillants, mais qui ne comprennent pas la drôle de vie d’artiste qu’il mène.

the comedian film tom shkolnik
the comedian film tom shkolnik

Même si le rythme est parfois assez étrange, que le climat mélancolique nous plonge dans un état pas très confortable, c’est un très beau film sur la difficulté d’être un artiste sans parvenir à se réaliser, à rencontrer le succès. Chanteur, comédien… des métiers de passion mais qui ne rapportent souvent pas, contraignant ceux qui cherchent à divertir, à transporter, à s’accoutumer d’une vie sans argent, toujours sur le fil, sans aucune certitude. Ed est à ce moment de sa vie où il peut faire un premier point, qui ne se révèle pas flatteur pour lui-même. Le goût de l’échec l’amène à se détester lui-même et à mal agir avec les autres, provoquant une sorte de spirale infernale.

Beaucoup de scène très fortes, sublimant le comédien principal à fleur de peau, et une peinture de la vie d’artiste à Londres, ville très vivante, dans laquelle un homme à la dérive fait du surplace alors que tout bouge autour de lui. Une ville de rencontres, à la fois belles et inattendues (celle dans le bus avec Nathan) ou crispantes (dans le même bus, « le couple gay » voit une conversation avec un groupe de jeunes filles se muer en menace teintée d’homophobie). Une ville de solitude aussi, où parfois on ne parvient pas à suivre le rythme, à voir arriver une chance à saisir, à l’attraper. Avec un style affirmé et intimiste et un casting habité, The comedian surprend et bouleverse à plus d’une reprise…

Film produit en 2012 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)