ALBUMS

The Narcoleptic Dancers, Never sleep : enchantement

By  | 

Après le très prometteur EP Not Evident, nous retrouvons avec une joie immense (ceci est dit sans aucune exagération) Anton et Melody alias The Narcoleptic Dancers. Leur premier album, Never sleep, est en effet enfin disponible et on peut déjà ,sans trop s’avancer, prédire que tous les amoureux de pop ne mettront pas longtemps à y succomber.

C’est que le duo livre ni plus ni moins un sans faute. On se délecte des nouvelles versions des merveilles de l’EP inaugural : RastakrautSweet and soft ou Again and again sont plus magiques que jamais. Directement, l’envie de chantonner, de sautiller, l’impression d’évoluer dans un ailleurs coloré où tout n’est plus qu’amour, délicatesse et fantaisie. Des morceaux qui ont du cœur, qui mettent de bonne humeur, qui font du bien : ce garçon et cette fille témoignent d’un incroyable savoir-faire pour pondre des hits qui ne seront jamais des plaisirs coupables.

Les nouveaux titres dévoilés sont autant de sucreries qu’on a envie de se passer en mode « repeat » car on sait que jamais indigestion il n’y aura. Bakerloo fait voir la vie en rose et donne envie de passer un après-midi à se rouler dans l’herbe tandis que Moon Thrill est tellement craquant qu’on en aurait presque les larmes aux yeux. Pop-folk faussement naïve, sentimentale et pleine de sincérité, où les cow boys (Dusty Cowboy) laissent la place à un Little Clown aussi troublant qu’envoûtant, l’univers des Narcoleptic Dancers est hautement cinématographique, inspirant, réjouissant. De nombreux qualificatifs viennent en tête mais on pourrait résumer la chose très simplement, rien qu’à l’écoute deLife Goes on : c’est beau. Avec cette musique dans les oreilles, les nuages sont en coton, l’amour pur et les promesses infinies. Un enchantement.