FICTIONS LGBT

TREMBLEMENTS de Jayro Brustamante : conflit intérieur

By  | 

Au Guatemala, Pablo (Juan Pablo Olyslager), 40 ans, est en pleine tourmente. Tout allait bien pour cet homme marié et père de famille évoluant au sein d’une communauté religieuse. Et puis ses proches ont découvert son homosexualité. Entretenant une liaison avec un gay plus assumé, Francisco (Mauricio Armas), Pablo espérait pouvoir faire son coming out et continuer sa vie. Mais personne n’accepte qu’il puisse être homosexuel.

Toute sa famille, extrêmement croyante, lui rabâche qu’il doit se ressaisir et surmonter ses péchés. Sa femme lui déclare la guerre et menace de l’empêcher de revoir ses enfants s’il ne fait pas marche arrière. Et le réconfort que lui apporte Francisco ne semble pas suffisant. C’est que Pablo est perdu entre ce besoin d’être lui-même, sa propre relation à la religion (il est croyant et pratiquant), son envie de garder sa famille dans sa vie. Il va devoir faire des choix.

tremblements film gay

Tremblements n’est ni un film facile (le rythme est parfois très lent et l’atmosphère désenchantée assez plombante) ni un film joli (le travail poussé sur la photographie opte pour une certaine austérité et un côté un peu poisseux qui n’est pas toujours agréable / confortable à regarder). Nous assistons ici à un énième drame autour d’un coming out dans la douleur, l’originalité étant qu’il se passe au sein d’une communauté religieuse au Guatemala.

C’est une oeuvre engagée, qui dénonce et montre le conflit très profond et intériorisé d’un homme croyant qui hésite à assumer son homosexualité. Pablo a envie de croire qu’il pourra y faire face mais ayant baigné depuis tout jeune dans une communauté religieuse qui condamne l’homosexualité, il a du mal à ne pas se dire qu’il est dans le péché. Et quand on lui fait croire qu’il n’est pas gay mais qu’il a juste besoin de se faire soigner et de suivre une sorte de thérapie, il a envie de se dire que ça peut être vrai car ce serait tellement plus simple d’être hétéro et de ne pas décevoir ceux qu’il aime.

tremblements film gay

Le long-métrage a le mérite de plonger complètement dans la noirceur et d’aller au fond de son sujet, ne nous épargnant rien de la pression des proches, de la monstruosité du « traitement », du poids qui peut peser sur un homme pour l’empêcher de s’affirmer. Ca secoue physiquement, ça énerve, ça donne envie de se révolter mais en même temps quelque chose manque un peu à l’ensemble.

C’est sans doute lié à l’écriture, qui laisse un peu trop la part belle aux personnages antipathiques et qui ne prend pas assez le temps d’humaniser son personnage principal. On a en effet un peu de mal à s’attacher à Pablo qui demeure un personnage assez abstrait voire ambivalent. C’est ce qui fait l’intérêt du métrage et qui le rend un peu pénible et longuet aussi. On ne pourra en tout cas pas dire que le réalisateur a fait le choix de la facilité, jusqu’à un final glaçant qui a le mérite de marquer.

Film sorti le 1 mai 2019

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)