FICTIONS LGBT

UNCLE FRANK de Alan Ball : voir les choses en face

By  | 

Réalisateur des séries Six Feet Under et Here and now, Alan Ball a l’habitude de se frotter aux drames familiaux. Il s’aventure sur le terrain du mélodrame rétro avec Uncle Frank.

Alors qu’elle est une jeune adolescente dans sa petite bourgade de Creekville, Betty (Sophia Lillis) ne rêve pas de grand chose. Comme beaucoup d’autres filles des environs, on lui a appris à se conformer, filer droit, ne pas avoir trop d’ambitions. A l’occasion d’une réunion familiale pour Noël, elle a le plaisir de retrouver son Oncle Frank (Paul Bettany) qu’elle apprécie particulièrement. Il n’est pas comme les autres membres un brin arriérés de sa famille. Sophistiqué, érudit, l’homme est prof de littérature à New York. Il la pousse à voir plus loin qu’elle ne l’ose, à s’émanciper, l’encourage à devenir celle qu’elle rêve de devenir.

Il y a des gens comme ça qui marquent des vies, suscitent des vocations, des trajectoires. Quelques années plus tard, au début des années 1970, Betty se fait désormais appeler Beth, réussit dans ses études, est passionnée de littérature, consciente des combats à mener pour les femmes. Elle va étudier dans l’Université où enseigne son Oncle. Alors qu’elle s’incruste avec son potentiel premier petit ami dans une soirée qu’organise Frank, elle est surprise de découvrir que ce dernier mène une double vie par rapport à sa famille. S’il a fait croire à certains qu’il était en couple depuis des années avec une femme, il est en réalité depuis de nombreuses années le compagnon d’un homme d’origine arabe, Wally (Peter MacDissi).

Beth a à peine le temps d’assimiler la nouvelle qu’elle se retrouve embarquée pour un voyage déterminant aux côtés de son Oncle : un appel soudain leur apprend que le père de Frank (et le grand-père de Beth) vient de décéder. Il faut retourner à Creekville pour cette épreuve. Wally insiste pour se greffer au voyage même si Frank lui interdit de venir se présenter à sa famille dont il redoute l’homophobie. Ce voyage et surtout ce retour sur la terre natale vont être l’occasion de délier les langues et de faire tout exploser, permettant à chacun de se regarder dans la glace, se confronter à ses fantômes et peut-être pouvoir avancer…

uncle frank film alan ball

Le grand atout de ce mélodrame de facture assez classique (avec une photographie tout de même assez soignée) est indéniablement son trio d’acteurs et de personnages. Alan Ball montre au début des années 1970 la lente émancipation d’une jeune femme et de son Oncle gay aux racines rurales. Dans les petites villes américaines où l’on rabâche la parole de Dieu et où il ne fait pas bon d’être différent, vouloir être une femme indépendante ou un gay affirmé n’est pas très bien vu. En arrière-plan, il y a aussi le très beau personnage, solaire et sensible, de Wally qui pour sa part n’ose même pas imaginer évoquer un jour son homosexualité à sa famille arabe pensant à sa terre natale où on condamne et/ou exécute ceux comme lui.

Alan Ball joue sur plusieurs tableaux : le drame familial intimiste (sans doute le terrain où il est le plus à l’aise et qui réserve son lot de beaux moments, de tendresse et de leçons de vie), le road movie et le mélodrame lacrymal (la partie plus casse-gueule et pas franchement subtile de ce long-métrage – parfois c’est un peu lourdaud et tire-larmes).

A plus de 40 ans, le personnage de Frank va se confronter à l’épreuve du coming out, à une peur refoulée de l’homophobie. Jusqu’alors il optait pour le système de la double-vie, lui évitant de confronter sa véritable identité à ses proches aux mentalités pas forcément très évoluées. De quoi donner lieu à un coming out movie version adulte qui va petit à petit témoigner d’une belle humanité malgré quelques coups durs.

uncle frank film alan ball uncle frank film alan ball

Ce qui est également intéressant ici (même si cela est amené avec de gros sabots), c’est de voir comment l’homophobie de certains (du père de Frank en l’occurence) peut amener au dégoût de soi et pousser certains gays à l’autodestruction voire la destruction de ceux qu’ils aiment (un épisode traumatique survenu lors de l’adolescence de Frank lui a laissé de véritables séquelles et ont fait de lui un homme alcoolique et potentiellement violent).

Si l’ensemble manque un peu de souffle et de cinéma et ne fera sans doute pas date dans l’histoire des films à thématique gay, Uncle Frank s’appuie sur les qualités d’écritures indéniables de son auteur et une belle direction d’acteurs. À réserver aux amoureux des mélos. 

Film sorti en novembre 2020 sur Amazon Prime

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)