CINEMA

UNE ÉTRANGE AFFAIRE de Pierre Granier-Deferre : emprise du travail

By  | 

Entre drame social et thriller psychologique, Une étrange affaire, film français des années 1980, résonne encore fortement des décennies après délivrant un portrait pour le moins sombre du monde du travail.

Louis (Gérard Lanvin) travaille dans le service publicité d’un très grand magasin parisien. Dans les bureaux, l’atmosphère est assez conviviale et les employés ne connaissent pas trop de pression. Ils aménagent librement leurs journées de travail, peuvent faire une pause et aller au bar du coin pour jouer aux courses. Et puis voilà que le directeur meurt. Tout le monde s’inquiète de savoir qui le remplacera. Il s’avère que le successeur n’est autre que Bertrand Malair (Michel Piccoli), un homme d’affaires connu pour être redoutable.

D’emblée, Louis a peur pour sa place : il sait qu’il n’a pas toujours été à fond dans son travail et que son service ne brille plus par son efficacité depuis un moment. Il partage ses craintes avec son épouse Nina (Nathalie Baye). Dès son arrivée, Bertrand Malair, accompagné de son fidèle homme de main François (Jean-Pierre Kalfon), s’intéresse à Louis et prend l’ascendant sur lui. Il lui donne plus de responsabilités, l’amène à opérer dans le dos de son supérieur, et lui laisse miroiter la place de ce dernier. Tandis que certains employés sont licenciés, Louis se retrouve dans le cercle privilégié du nouveau patron.

Au fil des semaines, Bertrand assoit son emprise sur celui qu’il a décidé de prendre sous son aile. Il envahit progressivement sa sphère privée, le faisant travailler très tard et le week end, l’amenant à renoncer à des engagements personnels. Il joue constamment au chaud et au froid avec lui, le domine de plus en plus psychologiquement. Effrayé dans un premier temps, le jeune publicitaire se laisse happer par la soif d’ambition soudaine que fait naître en lui Bertrand. Il se met à ne plus se dédier qu’à son travail, délaissant son épouse et sa famille…

une étrange affaire film une étrange affaire film une étrange affaire film

Outre l’excellent duo formé par le jeune et beau Gérard Lanvin (très touchant) et l’impérial Michel Piccoli (en véritable monstre à la bonhomie de surface), Une étrange affaire s’appuie sur un scénario qui sonde avec une précision remarquable la cruauté d’un management pervers et toxique. Le travail constitue une part importante de nos vies, c’est ce qui nous amène à gagner l’argent qui nous fait vivre et c’est aussi un endroit où tout le monde désire s’accomplir, être reconnu, évoluer.

Si au départ Louis ne portrait pas trop d’importance à son job, sous la direction du charismatique et imposant Bertrand Malair il va complètement se transformer. Ayant d’abord peur pour son poste, il veut montrer qu’il est motivé. Le patron exploite ses failles et joue à un jeu de plus en plus pervers, manipulant sans s’en cacher ce jeune employé dont il aiguise les ambitions. Il l’humilie un coup pour mieux le valoriser après, il le place dans une position inconfortable face à son supérieur et ses collègues. Avec acuité, le long-métrage de Pierre Granier-Deferre raconte comment dans le silence on peut encaisser la pression, renoncer à des libertés, et laisser la sphère professionnelle prendre le dessus sur tout le reste au point de devenir un autre, de ne plus savoir qui l’on est.

Bertrand Malair, en bon pervers narcissique, ne s’arrêtera pas à des relations de travail avec celui qu’il a mis sous son aile. Il va envahir sa vie privée et la pourrir progressivement. Sans même s’en rendre compte, Louis devient une sorte d’esclave moderne, de plus en plus docile et se mettant à vénérer celui qui pourtant le tyrannise. Il y a clairement un petit côté The Servant dans ce jeu du dominant-dominé (un des plans dans la dernière partie  du métrage semble d’ailleurs citer explicitement le film de Joseph Losey), même si ici il n’y a pas d’ambiguïté sur la sexualité des personnages. Le lien toxique s’effectue à un autre niveau : on comprend progressivement que Louis trouve en Bertrand un père de substitution et ce dernier trouve là la faille pour l’exploiter et le dominer avec un certain sadisme caché sous une fausse tendresse.

une étrange affaire film

C’est un sujet assez peu traité au cinéma : cette faille des hommes hétérosexuels qui ,recherchant l’approbation d’une figure masculine, peuvent se retrouver dans une position de soumission et d’abandon dont on ne les aurait pas cru capables (Louis suit en quelque sorte les pas du personnage de François, homme de main complètement aux ordres de son employeur).

L’atmosphère du film a ce je ne sais quoi de cauchemardesque, véhicule un drôle de malaise, matérialise cette sensation douloureuse d’être pris au piège d’un travail qui sous ses pseudo-valeurs de dépassement de soi et de réussite, aliène en profondeur. C’est très habile et c’est tristement toujours terriblement d’actualité.

Film sorti en 1983 et disponible en VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)