FICTIONS LGBT

VELOCIRAPTOR de Chucho E. Quintero : le dernier jour

By  | 

Mexique. La fin du monde est annoncée, l’apocalypse imminente. Les gens ont peur, les rues se vident. Mais le jeune Alex (Pablo Mezz) a envie de continuer à vivre comme si de rien n’était. A l’approche du dernier jour, il cherche un peu de compagnie, relance un rencard sur Facebook… C’est finalement avec son meilleur ami hétéro, Diego (Carlos Hendrick Huber), qu’il va passer la journée. Ils entament une ballade le temps de laquelle ils se racontent leurs souvenirs, leurs expériences. Alex, confesse n’avoir jamais réussi à se faire prendre. Bloqué, il aimerait bien passer à l’acte. Diego lui propose, sans qu’il ne puisse déceler s’il le pense vraiment, de l’aider. Ils vont chez Alex et là, après quelques bières et pétards, ils essaient de coucher ensemble… 

velociraptor film gay

Tourné avec peu de moyens, Velociraptor est une jolie surprise. Alors que les jours de chacun sont comptés, deux meilleurs amis tentent de garder leur insouciance et célèbrent le temps d’un dernier après-midi ensoleillé leur amitié. Le réalisateur Chucho E. Quintero entrecoupe son récit de petits artifices pop et sonde le rapport d’une amitié forte entre un jeune gay et un hétéro. Pas de doute : Alex et Diego s’aiment. Un amour fraternel à laquelle vient subitement se heurter la question d’un potentiel désir refoulé.

Alors que les deux copains entreprennent de coucher ensemble pour « libérer » Alex de ses angoisses, ils se mettent tous les deux la pression. Alex a peur d’un accident et essaie de se faire son premier lavement. Diego aimerait honorer son ami mais n’est pas certain d’arriver à être dur… Truffé de dialogues tendres et amusants, le film dégage quelque chose de profondément sympathique à travers le récit d’une amitié-amoureuse. Peu importe si au final Alex et Diego arrivent ou non à coucher ensemble : lors de ce dernier jour ensemble, ils se montrent à quel point ils tiennent l’un à l’autre, se mettent à nu (dans tous les sens du terme).

velociraptor film gay

Doté d’une belle liberté de ton, Velociraptor aborde de façon délicate la sexualité, riche de deux personnages principaux extrêmement attachants. Résultat : une pépite pop, telle une petite lumière colorée au milieu d’un chaos annoncé. En filigrane, la peur du vide, la douleur de l’abandon (Alex a visiblement été abandonné par ses parents suite à l’annonce de l’apocalypse), la quête de l’autre. Une vignette d’une belle modestie, entêtante comme un bon morceau de pop indépendante.

Film produit en 2015 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)