FICTIONS LGBT

WEEKEND de Andrew Haigh : deux jours d’amour

By  | 

Un vendredi soir. Russell (Tom Cullen) passe la soirée chez des amis hétéros et s’ennuie un peu. Sur le retour pour rentrer chez lui, il décide de faire un détour et d’aller dans une boîte gay. Il tourne autour de Glen (Chris New), un garçon qu’il pense être trop bien pour lui. Après avoir embrassé un mec lambda, il finit pourtant par ramener Glen chez lui. Le lendemain matin, autour d’un café au lit, ce dernier lui demande de contribuer à un de ses projets artistiques : il enregistre au petit réveil ses amants en leur demandant de raconter comment ils se sont rencontrés et comment leur nuit ensemble s’est déroulée. Naturellement, le plan se transforme en quelque chose de plus intime et Russell et Glen se laissent pour mieux se retrouver plus tard dans la journée. Le temps d’un week end, ils vont faire connaissance, se livrer l’un à l’autre, non sans risques. En effet, Glen avoue tardivement à son nouvel ami que le dimanche il déménagera pour deux ans aux Etats-Unis. Leur temps est compté.

weekend andrew haigh

Ceux qui ont aimé Before Sunrise et Before Sunset de Richard Linklater ne résisteront pas longtemps à Weekend, film indépendant anglais qui raconte la naissance d’un amour en deux jours de deux hommes à des stades opposés de leur vie. Russell est un homo qui s’assume plus ou moins et qui semble à la recherche d’une histoire sérieuse ; Glen , gay très ouvert et légèrement militant, ne fait plus que des plans suite ,notamment, à une rupture très difficile. Le temps de dialogues bouleversants de sincérité et de justesse, ces deux-là vont se se raconter leurs expériences, leurs doutes. On assiste à une rencontre touchée par la grâce, tour à tour drôle et émouvante. Puis le compte à rebours fait que l’on commence à avoir les yeux mouillés : on ne veut pas que ces deux personnes qui sont à l’évidence faites l’une pour l’autre se séparent. Empathie énorme vis à vis de personnages magnifiquement posés auquel on ne peut que s’identifier, surtout quand on est gay. On a envie que Glen se laisse aller, qu’il lâche tout pour se redonner une chance d’être heureux avec Russell, que la magie perdure…

Si Weekend était  déjà un film brillant sur l’amour, la rencontre, comptant sur des interprètes absolument géniaux et une mise en scène aussi belle que délicate, le long-métrage va bien plus loin que ça. « Qu’est-ce qu’être gay au début des années 2010 ? » C’est mine de rien la question à laquelle répond le joyau d’Andrew Haigh avec une lucidité désarmante. Les homos sont plus visibles, en apparence totalement intégrés à la société. Mais les discriminations sont pourtant toujours ancrées dans le quotidien. Être gay aujourd’hui c’est encore devoir entendre des hommes politiques et des âmes faussement bien pensantes qui rabaissent ce que vous êtes. C’est devoir parfois faire un trait sur le mariage (cela a un peu évolué depuis) et la vie de famille. C’est être gêné de prendre la main ou s’embrasser en public quand les hétéros s’affichent sans retenue. C’est essuyer fréquemment des insultes ou altercations homophobes dans la rue. Une violence latente, sournoise.

weekend andrew haigh

Le personnage de Glen est particulièrement remonté face à ces derniers points et on ne peut s’empêcher d’avoir de petits pincements au cœur quand dans la rue il se fait insulter sans raison de « pédale » par des passants agressifs. A un moment, le personnage parle aussi de la façon de parler de la sexualité gay dans la sphère privée comme dans l’art. Les hommes gays n‘osent souvent pas livrer les détails de leurs ébats à leurs potes hétéros. Ils n’en parlent majoritairement qu’entre eux. Et faire un projet artistique sur les relations entre hommes est selon Glen quasi voué à l’échec car « les gays seront déçus de ne pas trop voir de la b*te et les hétéros ne se sentiront pas concernés ».

Comme Glen, Russell tient à garder des traces de ses amants et de ses relations. Il tape une sorte de journal sur son ordinateur.  Les deux hommes jouent à la fois aux analystes et aux cobayes, cherchant à dresser le portrait d’individus paumés comme eux, qui ont plus ou moins compté dans leur vie et/ou les ont probablement définis.

Sentimental et jamais mièvre, réaliste sans oublier la magie du cinéma, tendre, amusant et bouleversant : avec un petit budget et une belle modestie, Weekend se révèle ni plus ni moins être un des films les plus attachants et le plus justes sur l’homosexualité et l’amour entre mecs qu’on ait pu voir. Le genre de film qu’on a envie de revoir encore et encore …Indispensable.

Film sorti en France en 2012. Disponible en DVD et sur Mycanal

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)