NEWS

BIG LITTLE LIES : secrets de femmes

By  | 

Gros casting féminin pour un drame aux accents de thriller : c’est la belle recette de Big Little Lies qui dessine des personnages de femmes captivants et mérite le coup d’oeil. Retour sur les deux saisons de la série.

L’action se situe à Monterey, une petite ville américaine où les ragots ont vite fait de se répandre. Des femmes très différentes, qui ont toutes en commun d’être mères, vont être liées par un terrible secret : un accident survenu un soir lors d’une fête.

Il y a Celeste (Nicole Kidman), mère aimante de deux petits garçons et mariée au très bel homme Perry (Alexander Skarsgård). En apparence ils forment un couple idéal, baignant dans le confort matériel, démonstratifs de leur passion toujours intacte après des années de mariage. Mais dans l’intimité les choses sont plus floues : Perry est ambivalent et peut avoir des réactions violentes et disproportionnées qui vont petit à petit terrasser sa compagne.

Madeline (Reese Witherspoon) est la grande gueule des alentours. Elle ne peut jamais s’arrêter de parler, a un avis sur tout, est légèrement chipie sur les bords. Très organisée, pour ne pas dire control freak, elle mène sa petite famille à la baguette et épuise régulièrement ses proches. Son compagnon Ed (Adam Scott) essaie souvent d’arrondir les angles. Sa fille Abigail (Kathryn Newton) se plait à multiplier les provocations pour perturber son obsession de l’équilibre. La vérité est que Madeline n’est pas si bien derrière son image de parfaite femme au foyer. Elle n’est pas totalement remise de sa séparation avec son précédent mari, Nathan (James Tupper), qui s’est remis en couple avec Bonnie (Zoë Kravitz), une femme plus jeune et plus cool qui suscite sa jalousie. Madeline regrette surement aussi un peu d’avoir mis sa carrière au placard pour sa famille. Elle se console en s’occupant du théâtre pour enfants local où elle propose des idées parfois étonnantes…

Renata (Laura Dern) est pour sa part une business woman à qui on ne la fait pas. Un très fort tempérament, l’obsession de ne toujours avoir que le meilleur pour elle et sa petite fille. Et quand ça ne va pas dans son sens : elle sort les crocs !

Et enfin vient d’arriver dans les parages Jane (Shailene Woodley). Une jeune mère célibataire d’origine plus modeste que les autres femmes de la ville vont prendre sous son aile. Mais le fils de Jane se retrouve vite dans le collimateur de certains parents et le passé trouble de la jeune femme suscite des interrogations et va se révéler être une véritable bombe à retardements.

big little lies

Le cadre de la petite ville de Monterey peut paraître apaisant et idyllique avec la mer à proximité, le grand air… Mais ce serait sans compter sur les gens de la ville qui ont vite fait de vous asphyxier ! Avec justesse et un ton génialement tragi-comique, la série raconte parfaitement le quotidien de plusieurs mères de famille. La figure maternelle est au centre de cette fiction bien plus sensible et sombre qu’elle n’y paraît. Tout le monde a toujours son mot à dire sur l’éducation des enfants des uns ou des autres. Tout le monde fait des commentaires, rivalise, se jalouse. Les mesquineries s’accumulent et puis petit à petit s’articule un drame qui pourrait bien tout détruire.

La première saison tourne autour du drame en question en jouant la carte du mystère, d’une inéluctable avancée vers un final chaotique et morbide. Récit de nombreux faux semblants, confrontations en mode coups de griffes au féminin et drames affreux dont sont parfois tristement victimes les femmes (harcèlement, viol et autres maltraitances) au menu.

big little lies big little lies

Nicole Kidman et Alexander Skarsgård (torride et monstrueux à la fois) bouffent l’écran alors qu’au second plan Reese Witherspoon amuse, que Laura Dern embrasse le rôle de la « woman in charge » iconique et que Shailene Woodley toute en fragilité touche en plein coeur.

La deuxième saison tourne elle autour des mois qui suivent l’incident au centre du premier chapitre. Conséquences d’un drame, culpabilité, poids du mensonge. Et toujours le thème de la maternité au premier plan alors que le personnage de Nicole Kidman se retrouve opposé à une nouvelle arrivante très coriace et génialement détestable campée avec brio par Meryl Streep. Moins sombre mais assurément mélancolique pour ne pas dire dépressive, la saison 2 garde tout de même quelques passages de comédie avec notamment une Laura Dern en grande forme dans la peau d’une riche sur le déclin.

big little lies

L’ensemble vaut pour ses actrices, au sommet, et une écriture brillante qui gère extrêmement bien les changements de tons et de genres (drame / thriller / comédie). Une sorte de soap d’auteur de luxe qui a vite fait de nous attraper.

Série créée en 2017 / Visible en France sur My Canal 

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)