FICTIONS LGBT

BOY CULTURE de Q. Allan Brocka : gays en quête d’eux-mêmes

By  | 

Boy Culture est construit autour d’une confession. Celle de X (Derek Magyar) qui avoue ses pêchés et ses excès et nous fait pénétrer dans son quotidien atypique. Car X se prostitue depuis le plus jeune âge. Et il adore ça ! Mais voilà qu’un jour il tombe sur Gregory (Patrick Bauchau), un vieil homme qui le paie mais refuse de coucher avec lui tant que le gigolo ne partagera pas son désir charnel. D’abord indifférent, X va progressivement prendre goût à ces rendez-vous particuliers pendant lesquels Gregory lui raconte sa vie (il fût durant 50 ans en couple avec un homme). Puis X va se livrer à son tour. Il est en pleine période de doute. Le bel escort vit en effet en colocation avec deux autres gays, l’extravagant Joey (Jonathon Trent) et le sentimental Andrew (Darryl Stephens). Ce dernier lui a toujours un peu tapé dans l’œil, la réciproque pourrait exister mais ni l’un ni l’autre n’ose faire le premier pas, le travail de X posant problème…Pourront-ils assumer leurs sentiments et faire face à tous les obstacles ?

boy culture film

Budget réduit, réalisation clipesque, beaux garçons aux corps musclés…Boy Culture est clairement un film indé de niche mais qui ne manque pas de qualités. Il témoigne d’une grande qualité d’écriture (il s’agit d’une adaptation libre de nouvelles de Matthew Rettenmund) mais aussi d’un casting séduisant et toujours juste (comment ne pas tomber amoureux de Darryl Stephens ?). Et si le scénario n’a rien de bien novateur (l’amour, l’amitié et leurs aléas) il fait toujours preuve d’une certaine intelligence et évite soigneusement les clichés tout en mêlant émotions et humour. Q. Allan Brocka livre ainsi une petite analyse des sentiments chez les gays, avec beaucoup de naturel et sans donner de leçons.

La relation entre X et Gregory fait partie des meilleurs moments du métrage. Une relation de prostitué/client mais une relation quand même. Et si les prostitués avaient finalement un bien plus grand cœur que les autres ? X ne juge pas, ne fait pas de racisme « anti-âge » (et Dieu sait que c’est souvent le cas dans la communauté gay) ou de racisme tout court. Et X contrairement aux apparences est loin d’être un blasé des sentiments. C’est un vrai romantique qui n’a jamais couché avec quelqu’un qu’il aimait, quelqu’un qui n’était pas un client, ce qui le rend paradoxalement vierge d’une certaine façon.

boy culture film

Comme une bonne série télévisée, Boy Culture nous offre des portraits bien croqués de garçons qui cherchent à assumer leurs sentiments, à assumer leur statut, à s’assumer eux-mêmes. C’est divertissant et attachant.

Film sorti en 2007 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)