FICTIONS LGBT

CONTRACORRIENTE de Javier Fuentes-Leon : courant d’amour

By  | 

Dans un village de pêcheurs de la côte nord du Pérou, le beau et respecté Miguel (Cristian Mercado) doit faire face à un drame familial. Un proche décède et la tristesse règne parmi les siens. Il y a pourtant beaucoup d’espoir pour l’avenir : la femme de Miguel est enceinte et un petit garçon est attendu. Malgré cela, quelque chose cloche chez notre ami. Il a la tête ailleurs. Et pour cause : il voit depuis quelques temps en secret un jeune artiste. Un étranger venu dans le coin pour faire des photos et peindre et qui est rapidement devenu l’objet de multiples commérages. Il s’appelle Santiago (Manolo Cardona) et il a révélé à Miguel une chose qu’il ne soupçonnait guère : il aime aussi les hommes. Santiago et lui se retrouvent dans des coins tranquilles où ils cultivent une idylle forcément dangereuse car interdite. Alors que l’artiste aimerait vivre cette romance au grand jour, Miguel n’a de cesse de lui rappeler qu’il ne pourra jamais être plus qu’une belle parenthèse pour lui. Pas question de briser sa réputation et sa nouvelle vie de père à venir. Alors que Santiago s’apprête à quitter la terre de son bien aimé, un nouveau drame survient. Il meurt.

Personne n’est au courant de sa disparition, le corps étant perdu en mer. Seul Miguel connaît la vérité car Santiago continue de lui parler, sous l’apparence d’un fantôme particulier, qu’il est le seul à pouvoir voir et toucher. Le fait qu’il soit le seul à pouvoir voir son ami amène curieusement Miguel à une certaine plénitude. Il a enfin l’opportunité de vivre librement sa double vie.  Mais Santiago compte sur lui pour retrouver son corps et l’enterrer afin qu’il disparaisse pour de bon et reste à jamais en paix. Si Miguel venait à respecter son désir, il exposerait à tous son homosexualité. Aura-t-il assez de courage pour honorer la mémoire de l’homme qu’il a finalement bien plus aimé qu’il ne le pensait ?

contracorriente film gay

Un gay themed movie provenant du Pérou, c’est assez rare pour être signalé. Contracorriente commence un peu comme une flopée de films de « coming out tardifs » , évoquant au passage Le secret de Brokeback Mountain et autres Ander. Il ne souffre pas de la comparaison en instaurant son propre cadre (le charme du village de pêcheurs péruvien) et un duo aussi sexy que sensible. Il y avait déjà de quoi livrer un drame intimiste honnête, l’écriture étant plutôt habile et le casting convaincant. Pour le plus grand plaisir du spectateur, le réalisateur choisit pourtant d’aller bien plus loin, introduisant une part de fantastique faisant de Contracorriente une sorte de fable moderne.

D’abord assez maladroites, un peu surfaites, les incursions de Santiago le fantôme finissent par réellement émouvoir et apporter au film un climat très particulier. C’est finalement du fantôme de son amant que Miguel tombera réellement amoureux. Plus pratique pour lui, plus lâche aussi à l’évidence. Difficile de ne pas adhérer à la romance présentée, l’alchimie entre les deux personnages étant particulièrement communicative.

Le contre-courant du titre évoque aussi bien l’homosexualité, sexualité et forme d’amour minoritaire, perçue par beaucoup encore comme un objet de scandale, un pêché. Javier Fuentes-Leon joue assez bien avec le drame que peut engendrer la révélation d’une « pratique » comme celle-ci dans un village où tout le monde se connaît et où le qu’en dira-t-on est une préoccupation, une souffrance quotidienne.

Le titre finit aussi par évoquer le fossé entre les vivants et les morts, le visible et l’invisible, ce que l’on accepte de soi et ce que l’on renie On assistera finalement au parcours d’un homme en quête de lui-même, s’approchant difficilement, à la fois avec lâcheté et courage, vers sa vérité.

A la fois sensuel, sensible et habile dans ses multiples revirements scénaristiques, Contracorriente joue avec brio la carte de la modestie tout en transformant un sujet archi traité en une fable universelle et à l’atmosphère toute particulière.

Film sorti en 2011 et disponible sur Outplay VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)