FICTIONS LGBT

FURYO de Nagisa Oshima : ennemis intimes

By  | 

Java, 1942. Un camp de prisonniers américains à la merci de japonais impitoyables et sadiques. Le colonel John Lawrence (Tom Conti) tente régulièrement d’apaiser la situation : il est assez proche du Sergent Hara (Takeshi Kitano) avec lequel il peut échanger, parfois non sans humour, sur leurs différentes cultures. Mais brutalement, celui qui pouvait prendre les allures d’un camarade peut se transformer en une machine à tuer ou à humilier. L’ambiance sur le camp change radicalement quand débarque le Major anglais Jack Celliers (David Bowie). Il vient d’échapper à la mort et a été mystérieusement sauvé par le Capitaine Yonoi (Ryuichi Sakamoto). Alors que petit à petit ce dernier semble perdre ses moyens face à lui, peinant de plus en plus à réfréner sa fascination et ses désirs frustrés, il se venge en faisant vivre un enfer à tous les prisonniers. Celliers, pas du genre à se laisser faire, s’amuse à le provoquer, à jouer de l’ascendant qu’il comprend avoir sur lui… 

furyo nagisa oshima furyo nagisa oshima

Sorti en 1983, Furyo (Merry Christmas Mr Lawrence en VO) nous montre l’enfer du quotidien d’un camp de prisonniers américains. L’atmosphère est tour à tour insoutenable, étrange. Car si la guerre régit les rapports de force, les hommes de cultures et de nationalités différentes ne peuvent s’empêcher de cultiver des rapports humains entre eux. Dès les premières scènes, Oshima aborde  l’homosexualité en montrant la mise en place d’un hara kiri contraint pour un civil ayant voulu violer un captif. Lors d’une conversation cordiale entre John Lawrence et l’explosif et imprévisible Sergent Hara, ce dernier se plait à ironiser sur ces passions masculines qui peuvent naître sur les camps. Tout le métrage baigne dans un homo érotisme fiévreux. C’est le grand atout de l’oeuvre : mêler les pulsions ordinaires de la guerre aux pulsions des hommes, montrer que malgré des rapports de force excessifs et sadiques, les sentiments de l’amitié et du désir ne peuvent être contenus. On a beau se détester, être ennemis, on peut partager ensemble un fou rire, on peut rêver d’étreindre un homme qui représente pourtant tout ce qui nous dépasse ou nous irrite.

Film jouant sur les oppositions, les contrastes, Furyo déploie une galerie de personnages captivants, ambivalents, jamais simplistes. Le jeu impitoyable de la guerre fera que ceux qui mènent la danse aujourd’hui pourront être les captifs et victimes du lendemain. Les scènes de brimades sont particulièrement réussies et s’apparentent à des jeux sado-masochistes extrêmes, l’interprétation est globalement de qualité (pour beaucoup il s’agit là d’un des meilleurs rôles de David Bowie, même si on préférera ici le jeux plus subtil de Takeshi Kitano et Tom Conti). Dévoilant petit à petit les fêlures de ses hommes forts, leur lâcheté, leur hypocrisie ou au contraire toute leur humanité, ce long-métrage assurément dépaysant, porté par une bande-originale culte, n’est pas pour autant vraiment un chef d’oeuvre.

furyo nagisa oshima

En effet, s’il constitue une véritable curiosité, une oeuvre attachante et parfois puissante, audacieuse et provocante, Furyo s’égare aussi par moments dans des lourdeurs de mise en scène, des kitscheries, un côté trop démonstratif. Il n’en véhicule pas moins des émotions fortes et des images qui restent en tête. Ne serait-ce que pour sa façon d’entremêler l’enfer de la guerre et les jeux de pouvoir et d’attraction entre garçons qui en découlent, ce projet au ton singulier mérite le coup d’oeil.

Film sorti en 1983. Disponible en DVD et sur Amazon Prime

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)