CINEMA

JE VOUDRAIS QUE QUELQU’UN M’ATTENDE QUELQUE PART de Arnaud Viard : le vertige du trop tard

By  | 

Arnaud Viard, qui restera à jamais dans nos coeurs pour son film Clara et moi, s’attaque à une adaptation libre du best seller d’Anna Gavalda. L’occasion de créer un film choral qui reprend des thématiques qui lui sont chères.

Une famille française. Aurore (Aurore Clément) fête ses 70 ans dans sa grande maison. Ses 4 enfants sont là pour l’occasion. Il y a Jean-Pierre (Jean-Paul Rouve), l’aîné qui joue le rôle de chef de famille depuis la mort du père. Commercial pour une marque de champagne, il a réussi à se construire une vie stable et confortable qu’il partage avec sa femme (Sarah Adler) et sa petite fille. Mais le retour d’un ancien amour, Héléna (Elsa Zylberstein), une actrice de théâtre, va faire remonter des frustrations destructrices. Jadis, Jean-Pierre se rêvait en comédien… Sa soeur Juliette (Alice Taglioni) rêve elle aussi d’être artiste et de devenir écrivaine. En attendant, elle savoure la joie d’être enceinte, à 40 ans, de son compagnon Thierry (Christophe Paou). L’autre soeur de Jean-Pierre, Margaux (Camille Rowe), entend pour sa part devenir photographe. Elle parvient à survivre grâce à l’argent que lui prête son frère mais les années passent sans qu’elle n’arrive à vivre de son art. Il y a enfin Mathieu (Benjamin Lavernhe), seul membre de la famille à ne pas avoir d’ambition artistique. Il mène une vie de bureau ordinaire et espère simplement arriver un jour à adresser la parole à une de ses collègues dont il est secrètement amoureux. Ça n’est pas gagné : ce grand maladroit passant son temps à s’inventer des problèmes, se demandant si son sexe sent mauvais ou s’il n’est pas stérile. Le quotidien de la famille va être chamboulée par un drame que personne n’avait vu venir…

je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part film

Si les fans du livre auront forcément toujours quelque chose à redire (à raison car l’oeuvre originale étant un recueil de nouvelles beaucoup de choses ont été sacrifiées) , en tant qu’oeuvre cinématographique Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part est un beau film choral, très sensible, qui évoque le mal de vivre, la fragilité de l’existence. Au centre, le personnage de Jean-Pierre, un homme qu’on ne peut qu’aimer, qui essaie toujours d’être droit et serviable. Derrière son sourire de façade, des rêves brisés. Qui n’a jamais ,à un moment de sa vie, eu des regrets ? On a tous notre façon de gérer cela et certains y arrivent mieux que d’autres. Le problème de Jean-Pierre est qu’en lâchant son rêve de devenir comédien il a fait de toute sa vie une vaste comédie. Il ne se sent pas à sa place, pas là où il aimerait être et il a tant intériorisé tout cela qu’à un moment cela le dévore complètement.

Derrière son aspect feel good, le film est très mélancolique et montre certaines des pires épreuves que la vie peut nous réserver. Arnaud Viard n’évite pas toujours les moments cheesy, son long-métrage est parfois trop démonstratif mais l’ensemble témoigne d’une sincérité qui touche droit au coeur. Le vrai thème du film au fond c’est le vertige de ceux qui se sentent artistes, qui ne vibrent que pour ça et qui ont peur de ne pas y arriver ou qui échouent. On s’obsède souvent avec cela : ce désir de ne pas rater sa vie, de passer à côté. Cela tient à si peu de choses et c’est tellement effrayant et difficile de tenter de vivre de son art, de rester fidèle à ce que l’on veut au plus profondément de nous-mêmes.

je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part film

A l’écran, une succession de rencontres déterminantes, déchirantes, de moments de perte et de moments de grâce. Les personnages, montrés dans leur ambivalence et leur complexité, ont tous quelque chose de très universel et de touchant. Car ils traversent tout un tas d’épreuves difficiles auxquelles on s’identifie de près ou de loin, des moments où l’on se sent terriblement seul. Et parfois ni l’amour du couple ou de la famille ne peut y changer quelque chose. Défaitisme et espoir, mort et vie, s’opposent joliment dans un film intimiste, qui fait à terme  l’effet d’un câlin. Âmes sensibles ne pas s’abstenir.

Film sorti au cinéma le 22 janvier 2020

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)