FICTIONS LGBT

LE TEMPS DES LUTTES (Gli anni amari) de Andrea Adriatico : portrait de Mario Mieli

By  | 

Le réalisateur Andrea Adriatico dresse dans Le temps des luttes (Gli anni amari en VO) le portrait de Mario Mieli, l’un des fondateurs du mouvement de libération LGBT en Italie créé au début des années 1970. 

C’est une figure qui reste peu connue du grand public et qui a pourtant largement contribué à ouvrir les esprits, faire avancer les choses pour les LGBT en multipliant discours, happenings et écrits avec un sens aiguisé de la provocation. 

Le film présente Mario Mieli comme un garçon complètement affranchi d’une société italienne viriliste et conservatrice, se moquant du regard des autres et n’hésitant pas à foncer dans le tas, n’ayant pas peur des confrontations. Très affirmé, porté par un esprit vif et une grande confiance en lui, Mario impose sa forte personnalité dans n’importe quel espace qu’il investit. Androgyne, il déambule dans les rues de Milan ou les capitales européennes maquillé et dans des tenues féminines, le sourire radieux. 

Forcément, son exubérance dérange les rétrogrades, attire les regards et il s’en sert pour provoquer et ouvrir de nombreux débats. Nous suivons son ascension, le parcours qui l’a amené à devenir une figure LGBT forte et aussi et surtout ses tourments intimes. 

Né dans une famille bourgeoise industrielle juive, Mario Mieli a bien du mal à imposer sa personnalité auprès de ses proches très guindés et portés sur les apparences. Incompris par son père et son frère, il fait mine de n’en avoir rien à faire et minimise ce déchirement qui va progressivement pourtant l’amener à sa perte. 

Le long-métrage explore également la romance de l’activiste avec le jeune et sensuel Umberto Pasti qui deviendra plus tard écrivain. 

La forme est plutôt classique, il y a un petit côté biopic télévisuel même si il faut souligner la jolie photographie et un certain talent pour retranscrire l’atmosphère de l’époque, l’effervescence des années 1970 notamment avec ses soirées hot et libérées. 

Brillant et extraverti, Mario Mieli va progressivement trouver sa place au coeur de cercles de marginaux intellectuels et activistes. Une famille de substitution qui ne suffira malheureusement pas à panser le gouffre des relations familiales originelles qui consument Mieli de façon perpétuelle. 

Le projet met joliment en lumière la personnalité hors-norme de son sujet qui est indéniablement très cinématographique et porté à l’écran avec talent par l’acteur Nicolas Di Benedetto, fabuleux de bout en bout. Après avoir fait quelques recherches sur Internet, on constate tout de même que le portrait qui est ici dressé est pas mal lissé, entre autres sur les déclarations très polémiques et dérangeantes que Mieli a pu tenir ou sur ses penchants sexuels subversifs qui sont souvent été gommés (voir la page Wikipedia française qui est assez complète pour en savoir plus). 

le temps des luttes film andrea adriatico

L’autre point fort du métrage est la romance avec le jeune Umberto Pasti incarné par Tobia De Angelis qui irradie délicatement l’écran par sa candeur et sa sensualité. Il s’imposera peu à peu comme la grande histoire d’amour, elle aussi dévastatrice, de Mario Mieli. 

Film produit en 2019 et présenté sur le festival de films LGBT en ligne Queerscreen 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)