FICTIONS LGBT

ROSIE de Marcel Gisler : face à la vie qui défile

By  | 

Lorenz Meran (Fabian Krüger) est un écrivain vivant à Berlin et dont le dernier roman connaît un accueil critique assez contrasté. Sa petite vie d’auteur égocentrée est chamboulée quand il apprend que sa mère, Rosie (Sibylle Brunner) est à l’hôpital suite à un malaise. Il retourne en Suisse allémanique pour quelques temps afin de s’occuper d’elle, en compagnie de sa sœur.

Au fil des jours, les deux enfants doivent se faire une raison : alcoolique et fragile, leur mère ne va pas bien et a besoin d’une assistance au quotidien. Rosie insiste pour que ce soit une voisine qui s’en charge, refusant l’idée d’aller dans une maison de soins. Pour Lorenz, ces événements attristants sont aussi l’occasion de faire le point sur sa vie, sur un passé familial énigmatique, de se reconnecter à ses racines et de s’interroger sur ses relations sentimentales particulièrement inconsistantes.

Par hasard, il croise le chemin d’un jeune homme de son village, Mario (Sebastian Ledesma), admirateur de ses écrits qui le suit comme un amoureux groupie. Le temps passe, avec ses belles et ses mauvaises surprises, et chacun se retrouve confronté à l’étrange cours des choses…

rosie marcel gisler

Presque 15 ans après le réussi F. est un salaud, Marcel Gisler revient à la réalisation avec Rosie. Un film teinté de mélancolie, qui prend joliment son temps alors que se dévoile le retour au bercail d’un écrivain. Dans la campagne isolée, Lorenz passe du temps avec sa mère, malade mais toujours aussi franche. Ce que raconte avant tout ce long-métrage sensible c’est comment on peut avoir vite fait de vivre dans le déni et de passer à côté de l’essentiel. Longtemps, Lorenz et sa sœur ont pensé que leur mère trompait leur père et l’avait rendu malheureux. Ils vont découvrir que l’histoire était bien plus nuancée et complexe. La sœur de Lorenz tient de son côté à cultiver les apparences alors que son mariage part en vrille depuis longtemps et l’homme de lettres dit se complaire dans son statut d’éternel célibataire qui n’a besoin de personne… Alors que Rosie perd ses moyens, se fait de plus en plus sénile, annonçant une mort prochaine, le temps de la réflexion et des remises en perspective s’impose.

La vie est pleine de secrets, de petites hypocrisies, de bonheurs feints. Elle regorge aussi de moments lumineux ou délicieux avec ceux que l’on aime, de rencontres de hasard qui peuvent changer la donne. Tous perdus dans leur existence, en quête de sens, les personnages tentent de composer avec un relatif mal de vivre. L’écriture est subtile, les acteurs très bons et la mise en scène des plus délicates. A la fois film intimiste et dense, Rosie fait appel à des souvenirs profonds et se révèle, sans jamais forcer le trait, souvent émouvant.

Film produit en 2013 et disponible sur la plateforme de Films LGBT Queerscreen

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)