FICTIONS LGBT

« The nest » (O Ninho), critique de la mini série gay brésilienne

By  | 

Critique de la mini série gay « The nest » (« O Ninho » en VO) réalisée par Filipe Matzembacher et Marcio Reolon. Produite en 2016. Présentée au Marais Film Festival 2016. Disponible en DVD aux éditions Outplay. 

Bruno, jeune militaire de 19 ans, débarque à Porto Alegre à la recherche de son frère, Leo. Ce dernier avait fui le foyer familial alors que Bruno n’était qu’un petit garçon. En essayant de retrouver sa trace, il fait la connaissance de Stella, une femme trans qui se trouve être l’une des plus proches amies de Leo. Mais elle n’a pas de bonnes nouvelles à lui annoncer : le frangin a mystérieusement disparu des radars depuis quelques temps et personne ne sait où il se trouve. En parallèle de sa quête, Bruno tue l’ennuie en draguant sur des applications de rencontres. C’est là qu’il entend parler d’un club underground où la jeunesse en marge vient s’oublier sur la piste de danse. Il y trouvera une nouvelle bande d’amis hauts en couleur, lui permettant de vivre librement son homosexualité et de s’affranchir de ses peurs et angoisses. 

Presque sortie de nulle part, cette mini-série du duo de réalisateurs qui avaient déjà signé Beira-Mar est une belle surprise. Articulée en 4 épisodes aux titres non dénués d’abstraction ni de poésie, « The nest » (qui signifie « le nid ») suit l’errance à Porto Alegre d’un jeune militaire qui a à l’évidence besoin de briser ses chaînes. La rigidité de l’armée ne lui a pas fait du bien et en vagabondant et se liant avec une bande de jeunes marginaux gays, Bruno, le héros, va peu à peu s’ouvrir et se redécouvrir.

the_nest_gay_series

Porté par une mise en scène superbe à l’esthétique pop, l’ensemble dresse un portrait touchant et enivrant d’une jeunesse en marge, fuyant une société arriérée et violente où l’homophobie ne s’éteint pas. Le personnage principal a en quelque sorte jusqu’ici « sauvé les apparences » : il est toujours en contact avec sa mère, est parti à l’armée. L’inverse de son frère qui a tenté de refaire sa vie et s’assumer loin d’un contexte familial dont on parle peu mais qui fut, on le comprend, toxique. En essayant de retrouver son frère, gay comme lui, Bruno se cherche lui-même. Il tente à la fois de vivre par procuration  la vie de celui qui l’a abandonné contre son gré et de tisser son propre itinéraire.

Les jeunes acteurs du film sont tous extrêmement cinégétiques, la bande-originale est du meilleur goût et la réalisation joue avec un rythme doux et sensuel. Au coeur de l’intrigue, cette recherche d’un « nid » , d’un endroit où se sentir bien, en sécurité, compris, et surtout de personnes sur qui se reposer, d’épaules pour se consoler, d’un confident à qui se raconter. Qu’ils soient gays, trans, jeunes ou âgés, les personnages partagent le même sentiment de solitude, de spleen et sont habités par l’envie profonde de trouver un « autre » avec qui se lier.

Comme dirait l’autre, ce n’est pas la destination qui importe mais plutôt le chemin. Entre deux messages mélancoliques laissés sur le répondeur d’un frère qui ne lui répond jamais, Bruno cherche, trébuche, vit, s’émeut et s’accroche à des inconnus qui se muent en essentiel. A la fois très simple dans son récit et très maîtrisé dans sa forme, « The nest » constitue un voyage hypnotique, sensible et diablement attachant.

 

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)