CINEMA

MÉTAMORPHOSES de Christophe Honoré : envies d’histoires

By  | 

Une banlieue, quelque part en France. Europe (Amira Akili), lycéenne, a soif d’aventures et rêve de fuir son quotidien morne. Quand elle voit passer un mystérieux camion rouge devant son école, elle décide de sécher les cours et de le suivre.

Le conducteur est un séduisant jeune homme, Jupiter (Sébastien Hirel), qui a vite fait de la séduire et de l’entraîner pour un moment de plaisir charnel dans l’herbe. Après les ébats, l’inconnu lui confesse être un Dieu et lui raconte l’une de ses précédentes rencontres : il avait séduit une femme, Io, mais son épouse, la jalouse Junon (Mélodie Richard), apprenant cette infidélité, s’était vengée en la transformant en génisse. Europe est libre de croire ou non en ce premier récit.

Portée par le désir de vivre elle-même une histoire, elle fait le choix de se laisser porter par celles de son amant, entre drôlerie, désir et danger. En suivant Jupiter, elle va découvrir un autre monde, une autre façon de vivre, une liberté inédite. Et va croiser différents hommes qui l’amèneront elle aussi à évoluer, changer, se transformer…

Christophe Honoré est sans aucun doute l’un des cinéastes français en exercice qui disposent de la filmographie la plus captivante. De ses premiers longs teintés d’obscurité (le deuil de 17 fois Cécile Cassard, le vice de Ma mère) à ses fantaisies cinéphiles et non moins personnelles (Dans Paris, Les Chansons d’amour) en passant par une adaptation littéraire très contemporaine (La Belle Personne), un hommage vibrant au mélodrame (Les Bien-aimés) ou même un OFNI (Homme au bain) : l’auteur a mine de rien au fil des années constamment renouvelé son cinéma, entre passion et espièglerie. En adaptant ici Ovide, il nous entraîne plus que jamais ailleurs, à mille lieux de ce que l’on a l’habitude de voir dans le cinéma français. Métamorphoses, c’est une collection d’histoires, la mythologie transposée dans un cadre actuel, au cœur d’une banlieue de l’Hexagone, entre irrévérence et poésie.

On pense à Pasolini et ses contes dans la façon que Christophe Honoré a de nous raconter, avec un plaisir palpable, des histoires d’un autre temps, entre magie et érotisme. Orné d’une bande-originale oscillant entre morceaux classiques évoquant le cinéma d’antan et de la pop contemporaine, Métamorphoses constitue une véritable curiosité et se révèle dès ses premiers plans l’une des œuvres les plus abouties formellement de son auteur. Pendant un peu moins de 2h, nous sommes invités, comme Europe, à nous échapper de notre quotidien, du monde, pour vagabonder dans la nature, en nous perdant dans des histoires qui si elles sont d’un autre temps trouvent étonnamment encore de fortes résonances avec ce que nous pouvons vivre aujourd’hui. Très joliment écrit, adaptant Ovide de façon très personnelle et avec beaucoup d’intelligence, le film se savoure comme un doux rêve.

Les corps pleins de désir s’abandonnent, se donnent, se trahissent. Les dieux flirtent avec les mortels. Le danger est omniprésent car sur un caprice, une jalousie, une pulsion vengeresse, les êtres divins peuvent cesser la beauté de la magie et la transformer en un sort cruel. Le sexe, l’amour ou le désespoir donnent lieu à une multitude de métamorphoses. Ces dernières peuvent être glaçantes, objets de malédiction ou grâce. Les corps se transforment en animaux ou en arbre, les miracles côtoient les drames sanglants. La beauté de la nature nous ensorcelle même si au loin le paysage urbain et gris s’est imposé.

Entouré d’une bande de jeunes comédiens amateurs, séducteurs, délicieusement joueurs, Christophe Honoré délivre une œuvre qui devrait joliment traverser le temps, à la fois moderne et intemporelle, jeune et vigoureuse mais jamais bêtement branchée. Une vraie œuvre de cinéaste, inspirée, inspirante et qui propose un voyage dépaysant dont on ressort émerveillé.

Film sorti en 2014 et disponible en VOD

Le seul et l'unique rédacteur de Pop and Films ;)